A Auch, Gers, l'opération de diagnostic a concerné une parcelle de 1 826 m², sondée à 8,1 %, soit 148 m².

Chronique de site
Dernière modification
10 mai 2016

Le diagnostic réalisé au 2 rue du 11 novembre a révélé des vestiges archéologiques d'intérêt majeur. Les différents profils stratigraphiques mis en évidence se complètent et laissent apparaître plusieurs horizons étagés du IIe ou du début du Ier s. av. n. ère à la fin de l'Antiquité. La puissance des dépôts oscille entre 2,40 m dans la tranchée 1 et 2,60 m dans la tranchée 2. Les niveaux archéologiques apparaissent en bon état de conservation avec toutefois des dégradations dues à l'épierrement partiel des structures construites. Les vestiges les plus anciens remontent à la fin du IIe ou au début du Ier s. av. n. ère. Ils correspondent probablement à un habitat associé à des structures domestiques. La proximité de fours (de potiers ?) peut être envisagée à travers la présence de gros éléments de terre cuite. L'extension réduite de l'opération empêche, toutefois, de se faire une idée plus précise de la nature de l'occupation.

Les éléments à notre disposition permettent de penser que la période suivante ne marque pas de changements profonds. Les aménagements mis en évidence renvoient toujours à un habitat sur poteaux porteurs, datable de la deuxième moitié du Ier s. av. ère.
L'occupation de la période 3 peut être mieux caractérisée. En effet, au-delà d'une probable fonction de drainage, un fossé orienté nord-sud pourrait déjà appartenir à un système parcellaire. Il semble limiter vers l'ouest un bâtiment, dont les vestiges ont été observés sur une surface réduite. Les données recueillies suggèrent une évolution des techniques architecturales avec l'adoption de toitures de tuiles et l'utilisation d'un enduit de mortier pour isoler les murs. Mais aucun indice ne permet, comme ailleurs dans l'emprise de la ville antique, de mettre en relation ces innovations avec l'apparition de l'architecture maçonnée. La mutation touche également les sols, comme en témoigne la découverte d'un revêtement de mortier maigre.
Une profonde restructuration intervient, semble-t-il, dans les années 30-40 de notre ère. Elle est matérialisée par la mise en place d'une vaste esplanade, dont le dallage a été repéré dans l'ensemble des tranchées. Il est formé de rangées de blocs monumentaux (1,50 x 0,88 x 0,28 m) disposés en quinconce, déjà observées lors du diagnostic réalisé dans la parcelle contigüe en 2005. Sa limite se confond avec un important mur dégagé au nord de la parcelle. Le mur de clôture est du dallage avait déjà été identifié en 2005. Ces données permettent désormais d'estimer les dimensions de cet espace à au moins 77 x 40 m.
Les vestiges de cette période correspondent sans conteste à une partie de l'area du forum d'Auch. Les infrastructures préexistantes semblent avoir fait l'objet d'un entretien régulier jusqu'à la fin de l'Antiquité. Ainsi, des recharges ponctuelles viennent régulariser la surface des dalles endommagées par les intempéries. Le seul niveau d'occupation conservé à leur contact est datable du IVe s.
 
Un des principaux acquis du diagnostic est d'avoir permis de situer précisément dans le temps l'abandon définitif de l'area, entre 365 et 375 de notre ère. Cette datation est d'autant plus intéressante qu'elle suppose un déphasage avec d'autres secteurs de la ville, encore occupés dans le courant du Ve s. (Mathalin, Cougeron). Les structures antiques font ensuite l'objet d'une récupération, peut-être consécutive à l'abandon, touchant essentiellement, semble-t-il, les maçonneries en élévation. La zone ne semble ensuite avoir été réoccupée que durant l'époque moderne, période pendant laquelle les parcelles sont transformées en jardins maraichers. Cette évolution va de pair avec une nouvelle campagne de récupération, qui concerne désormais également les dalles de l'area.
Plusieurs enseignements peuvent être tirés de ce diagnostic. Notons tout d'abord que les vestiges présentent un bon niveau de conservation. Ainsi, le dallage n'a quasiment pas été affecté par les réoccupations postérieures à l'Antiquité. Un des principaux acquis de l'opération réside également dans l'identification définitive et la datation du forum. De même, les modalités de l'occupation antérieure ont pu être précisées. Au bilan, on peut considérer les vestiges exhumés comme essentiels pour la compréhension de l'évolution urbaine de ce secteur de la ville antique.