A Reims, Marne, l'opération se situe en milieu urbain avec une stratification de 3 m d'épaisseur. La parcelle concernée par l'aménagement est de 800 m2.

Chronique de site
Dernière modification
10 mai 2016

Le projet d'extension du lycée est positionné perpendiculairement au fossé de l'oppidum protohistorique, juste à l'extérieur de l'enceinte de l'Antiquité tardive.

Les problématiques portent sur la datation du comblement du fossé de l'oppidum, sur la caractérisation des aménagements de l'Antiquité à l'emplacement de la fortification protohistorique, sur les éventuels aménagements en liaison avec la création de l'enceinte tardive et sur l'occupation post-antique. Le fossé de l'oppidum est comblé très probablement dès le milieu du Ier s. de n. è. C'est à cette époque qu'un four à chaux est installé sur l'escarpe du fossé. Il est alimenté avec la craie qui constitue la levée de terre du rempart. À la fin du Ier s., le four est comblé et une ruelle est aménagée sur le comblement. La zone continue d'être utilisée pour l'extraction de la craie jusqu'à la fin du IIIe s. Au début du IVe s., les fosses d'extraction de craie sont comblées et un glacis est aménagé en avant du fossé de l'enceinte tardive. Ce glacis en pente douce a une hauteur d'environ 1,50 m. Au pied du glacis, une petite zone d'inhumation est installée à la fin du IVe s. Au Ve ou VIe s., la zone funéraire est abandonnée. Elle laisse place à des cabanes excavées et à des fosses. Après un hiatus de plusieurs siècles, des caves sont construites au XIIIe s. S'ensuit une succession de constructions jusqu'à la fin du XVIIe s., moment où la première école de la confrérie de Saint-Jean-Baptiste de La Salle est installée à l'emplacement du lycée actuel.