À Toulouse, Haute-Garonne, réalisation de huit sondages destinés à évaluer le potentiel archéologique d'une parcelle de 3 774 m² limitrophe au n°12 chemin de la Flambère, diagnostiquée positive en juin 2007.

Chronique de site
Dernière modification
13 juin 2016

Les opérations de diagnostic menées au printemps 2007 au n°12 et 15 chemin de la Flambère (Requi 2007, Inrap), et par la fouille du n°13 à l'automne 2007 (Merleau, Inrap) montrent la poursuite de cette occupation néolithique et des traces d'occupation antique sur la partie sommitale sud de l'éperon.
 

Les huit tranchées ouvertes montrent une profonde transformation récente du relief naturel, avec l'apport massif de déchets de chantier sur des niveaux de colluvionnements antiques et modernes parfois puissants. Néanmoins, dans la partie haute subsiste une série d'au moins quatre fosses cylindriques à fond plat, d'un diamètre compris entre 1,10 et 1,30 m pour une profondeur conservée de 0,70 à 0,90 m d'époque antique au sens large. Elles appartiennent peut-être à une batterie de fosses qui se poursuivrait plus au sud hors emprise (diagnostics à venir).
 
Le résultat négatif du test de tamisage entrepris sur 10 L. de sédiments prélevés au fond de l'une d'entre elles écarte l'hypothèse de silos à grains, ce que suggérait déjà le profil cylindrique des creusements.