A Reims, Marne, la fouille, préalable à la construction d'un immeuble, a porté sur le côté est de la rue de l'Université, en face des vestiges apparents de l'arc antique.

Chronique de site
Dernière modification
10 mai 2016

Elle a retrouvé les fondations des parties orientales de l'arc, encore inexplorées jusque-là. Elle a permis de reconstituer l'emprise approximative du monument, dont le module était très voisin de celui de la Porte de Mars, au nord, soit 33 m sur 6 m. Aucun élément de l'élévation n'était conservé, mais l'étude des vestiges conservés au niveau du sol et en fondation ont apporté d'utiles informations sur l'environnement et l'évolution du monument durant l'Antiquité tardive et même au haut Moyen Âge.
 

 

Les vestiges d'une voie antique ont en effet été retrouvés au passage de l'arcade centrale, en bordure est de la rue actuelle. La chaussée antique correspond au tracé reconstitué du cardo maximus, dont l'axe est désormais bien établi. Cette arcade centrale a été obturée à une date indéterminée, repoussant le passage sous l'arcade occidentale. Il est possible que ce remaniement soit contemporain de la construction du rempart tardif, au moment où l'arc a été transformé en porte de ville. Une datation postérieure semble toutefois plus probable.

L'amorce d'un fossé, parallèle au rempart, a été aperçue en avant de l'arc. Il s'agit vraisemblablement du fossé creusé en avant du rempart, dont les courtines viennent s'appuyer sur les façades latérales de l'arc.

La mise au jour d'un important massif de fondation, ajouté en façade méridionale - c'est-à-dire extérieure - du monument, permet de restituer avec vraisemblance une tour qui aurait flanqué l'arcade centrale, transformée ainsi en porte fortifiée. Une deuxième tour, symétrique par rapport à la porte, à l'ouest, peut avoir existé sous la rue actuelle, à un endroit non accessible à la fouille.

Ainsi les données recueillies au cours de cette opération complètent heureusement les informations importantes acquises sur la fouille du site de la Porte Bazée en ce qui concerne l'arc antique et l'enceinte de l'Antiquité tardive.