L'opération archéologique menée à Lagny-sur-Marne, Seine-et-Marne, concernait une parcelle de 700 m² située en plein coeur de la ville médiévale et offrait pour la première fois l'occasion d'y étudier l'évolution d'un site d'habitat civil.

Chronique de site
Dernière modification
19 février 2016

Cette fouille était motivée par un projet de construction de logements à l'angle des rues médiévales des Étuves et Saint-Paul.

Les premières occupations

L'origine de la ville remonte au VIIe siècle avec la fondation par le moine irlandais saint Furcy de l'abbaye Saint-Pierre dans les années 630-640.
Sur le site, les premières occupations ont apporté deux éléments d'analyse concernant les débuts de l'urbanisation. En premier lieu, les deux structures les plus anciennes placent l'apparition de l'occupation sur le site au haut Moyen Âge, entre le VIIIe et le IXe siècle, à l'emplacement de ce qui deviendra le futur noyau urbain. Le second enseignement porte sur la densification de cette première occupation, illustrée par une série de creusements que l'on peut dater du XIe siècle et du début du XIIe siècle. La plupart de ces creusements peuvent être associés à des latrines au vu de leur comblement souvent très détritique et organique. Ils atteignent presque tous la nappe phréatique et présentent un profil circulaire à bords verticaux, leur profondeur atteignant 2 m à 2,50 m.

L'apparition du bâti

Très certainement à la fin du XIIe siècle ou au cours de la première moitié du XIIIe siècle apparaissent les premières constructions en façade de la rue Saint-Paul sous la forme d'un bâtiment étroit légèrement excavé (sur une profondeur de 1,20 m environ par rapport au paléosol). Cette maison présente son petit côté en front de rue et se développe progressivement vers la zone de clos en arrière de la parcelle.

La halle médiévale

Un changement radical dans le mode d'occupation intervient avec la construction, vers la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle, d'un vaste édifice que nous nous proposons d'interpréter comme l'une des halles liées à la foire de Champagne de Lagny.
Elle adopte un système de fondation à piles carrées qui forment au moins trois travées et est clairement associée à deux salles à colonne centrale dont l'une s'ouvrait sur la rue Saint-Paul par un premier escalier. Un second escalier desservait l'intérieur du bâtiment. Ce système de fondation laisse penser que nous sommes en présence d'un bâtiment voûté en rez-de-chaussée et il n'est pas impossible d'imaginer que ce système de couverture accompagnait l'ouverture du bâtiment sur l'extérieur par des arcades. En outre, les deux espaces semi-excavés induisent eux-aussi une vocation commerciale puisque ces espaces ouverts sur les rues médiévales servaient à la fois de lieu de stockage et d'échanges.

La maison de la fin du Moyen Âge

Les foires de Champagne s'essoufflent au XIVe siècle et ne survivent pas à l'épisode de la guerre de Cent Ans. Il est difficile de déterminer à quel moment intervient la déconstruction de la halle - vraisemblablement démontée plutôt que détruite dans la mesure où aucun niveau de démolition n'a été observé - mais il est certain qu'à la fin du XVe siècle ou au début du XVIe siècle se produit un nouveau changement dans l'occupation du site avec l'installation d'une grande demeure urbaine à tourelle d'escalier à vis. Cette bâtisse privée marque la troisième et dernière étape dans l'évolution tout à fait originale du site, éloignée des phénomènes de continuité souvent observés dans le parcellaire urbain.
 
L'histoire de cet îlot nous rappelle que le développement de la ville de Lagny fut intimement lié à celui des foires de Champagne.