Bouc Bel Air_1
Les découvertes

La fouille de cette nécropole, en usage de la fin de l'Antiquité au Moyen Âge, a permis l'étude de plus de 300 tombes. Le mobilier témoigne des changements de pratiques funéraires et montre la transition progressive vers la Chrétienté.

Visuel 7 - Bourogne
Les découvertes

À Bourogne (Territoire de Belfort), les nouvelles découvertes archéologiques confirment l’occupation du site depuis le Néolithique et révèlent une dense occupation à la période mérovingienne (VIe-VIIe siècle).

ZAC Andromède
Les découvertes

Couvrant près de 210 hectares sur les communes de Blagnac et Beauzelle, la ZAC Andromède a été l’objet, dès la fin de l’année 2002, de recherches archéologiques préventives

Grande lame chasséenne en silex provenant de los Monégros, en Aragon
Les découvertes

Repéré en 2005 à l’occasion de reconnaissances archéologiques préalables à la réalisation d’une zone d’aménagement concerté sur la commune de Blagnac, le site néolithique de Pinot 2 a fait l’objet d’une fouille en 2006 qui a permis de mettre au jour un petit établissement agricole du Chasséen ancien installé sur la basse terrasse de la Garonne.

Rue Henri Breuil
Les découvertes

La fouille préventive réalisée en 2014 rue Henri Breuil à Villeneuve-Tolosane s'intègre dans les recherches menées depuis 1945 sur le célèbre site néolithique de Villeneuve-Tolosane/Cugnaux. 

Château Percin
Les découvertes

Le projet d’aménagement d’une station d’épuration au lieu-dit Château Percin, à Seilh, a permis la fouille d’un site du Néolithique moyen découvert dans les années 1940 par Louis Méroc. 

16 Rue Alfred Rambaud (Toulouse)
Les découvertes

L’opération archéologique qui a exploré le 16, rue Alfred Rambaud, dans le quartier Saint-Roch de Toulouse, s’est déroulée en deux temps : un mois en décembre 2006, puis trois mois à l’automne 2007, à la suite d’un arrêté modificatif de prescription pour découverte exceptionnelle. 

12 chemin de la Flambère
Les découvertes

En fouillant au 12, chemin de la Flambère en 2008, les archéologues avaient une idée précise des vestiges qu’ils allaient découvrir, la parcelle se situant sur un promontoire en rive gauche de la Garonne, à l’emplacement d’un grand village néolithique connu sous le nom de Saint-Michel-du-Touch.

Pages