Archéologie préventive : l’Inrap et le Département du Loiret réaffirment leurs objectifs communs
Actualités institutionnelles

L’Inrap et le Département du Loiret signent, mercredi 3 mai 2017, le renouvellement d’une convention de partenariat opérationnel, scientifique, de diffusion et de valorisation de l’archéologie loirétaine.

Visuel 1 - Partenariat entre l'Inrap et Bourges Plus
Actualités institutionnelles

L’Inrap et la communauté d’agglomération de Bourges Plus signent ce 14 mars 2017 une convention de partenariat opérationnel, scientifique et culturel.

Visuel 7 – Amboise, 30 rue du Petit Bonheur
Les découvertes

Située sur le rebord sud du promontoire naturel occupé par l’oppidum des Châtelliers, la fouille réalisée par l’Inrap à l’automne 2016 confirme que ce secteur de l’agglomération gauloise et antique est plus particulièrement consacré à des activités artisanales.

Archéologie des migrations : pourquoi partent-ils
Événements

Retrouvez les vidéos de la conférence de l'Inrap, pour la 6e année des Rendez-vous de l’Histoire, à Blois, du vendredi 7 au dimanche 9 octobre 2016.

Photo Amboise, rue du Petit Bonheur, oppidum des Châtelliers 2015, 3
Les découvertes

Près de 200 indices ont été identifiés lors de la fouille de la rue du Petit Bonheur sur l'oppidum des Châtelliers, dont une douzaine de puits. Cette opération a été menée conjointement par le service de l'Archéologie du département de l'Indre-et-Loire (Sadil) et l'Inrap.

Visuel 1 - Blois, 13 bis rue des Ponts-Chartrains
Les découvertes

La fouille, réalisée par l’Inrap rue des Ponts-Chartrains, à Blois, à la marge du faubourg de Vienne, a révélé une occupation des premier et second Moyen Âge inédite.

Argentomagus - Les Mersans - Musée Est
Les découvertes

Depuis de nombreuses années, le site archéologique d'Argentomagus à Saint-Marcel (Indre) connait des campagnes de fouilles programmées dans le cadre du Programme de recherche collectif dirigé par Françoise Dumasy (Paris 1).

Château de Valençay, cour d'honneur
Les découvertes

La colonisation de ce site d'éperon, occupé aujourd'hui par un château construit à la Renaissance et remanié jusqu'au XIXe siècle, remonte probablement à la période carolingienne.

Pages