Insérées dans de vastes réseaux commerciaux européens, les sociétés de l’âge du Bronze vivant sur le territoire français ne constituent qu’un épiphénomène du grand processus de civilisation qui embrasse tout le bassin méditerranéen.

Mis à jour le
15 février 2016

La Protohistoire française n’est qu’un épiphénomène du grand processus de civilisation qui embrasse l’Eurasie et le nord de l’Afrique à partir de foyers centre-européens, moyen-orientaux puis méditerranéens. Brassages démographiques, rivalités politiques, innovations technologiques et expansion économique sont les moteurs de cette vaste dynamique.

Les civilisations minoenne, mycénienne, phénicienne, le moyen Empire égyptien, les empires sumérien, babylonien, hittite, la civilisation de l’Indus, et les dynasties chinoises Shang sont contemporains de notre âge du Bronze. Nombre de ces sociétés sont entrées de plain-pied dans l’Histoire en produisant des documents écrits (Chine, Égypte et Mésopotamie, depuis la fin du IVe millénaire). Elles nous sont ainsi connues par leurs traces archéologiques, mais aussi, déjà, par la dimension historique de certains de leurs personnages : Hammourabi, Ramsès II…

À l’écart de ce gigantesque creuset, certaines contrées poursuivent des itinéraires d’évolution indépendants. C’est le cas de l’Amérique, avec la genèse des toutes premières sociétés urbaines amérindiennes : cultures olmèque, maya…