Conférences
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
28 juillet 2016
Colloque
Héritages arabo-islamiques dans l'Europe méditerranéenne

Colloque international organisé par l’Institut national de recherches archéologiques préventives,
En partenariat avec Marseille-Provence 2013-Capitale européenne de la culture, le MuCEM et la Villa Méditerranée.
Du 11 au 14 septembre 2013, à Marseille, Villa Méditerranée et MuCEM.

Héritages arabo-islamiques dans l'Europe méditerranéenne - Archéologie, histoire, anthropologie
par Yves Gleize, et Jean-Yves Breuil, Inrap

La fouille du parking de l'avenue Jean-Jaurès à Nîmes conduite en 2006 et 2007 par l'Inrap a mis au jour dans les niveaux médiévaux et modernes, en contexte périurbain, au-dessus d'une occupation antique très dense, une vingtaine de sépultures dispersées sur toute l'emprise de la fouille. Parmi ces tombes, trois se distinguaient nettement par la position du corps du défunt, déposé sur le côté droit avec la face vers le sud-est, ainsi que par le mode d'inhumation, témoignant d'une fosse refermée par un système de couverture. De telles caractéristiques pouvaient rapprocher ces sépultures de celles respectant la coutume musulmane. Une telle découverte posait ainsi la question de la chronologie de ces tombes et du statut des défunts.
L'étude anthropologique a permis de préciser des éléments concernant leur identité biologique et les datations radiocarbone réalisées ont daté deux des tombes entre le VIIIe et le IXe siècle. Ces informations pourraient concorder avec la présence de Sarrazins à Nîmes à cette époque, renseignée par certaines sources textuelles. Cette possibilité nous a poussés à conduire une analyse paléogénétique sur les trois individus concernés afin de tester la présence de lignées génétiques d'origine extra-européenne.
La mise en évidence de telles pratiques funéraires apporte ainsi de nouveaux éléments de discussion sur la présence musulmane en Languedoc pour le haut Moyen Age mais également sur l'implantation de tombes musulmanes dans ce contexte et sur l'identité biologique des individus présents.
Yves Gleize est archéo-anthropologue à l'Inrap et membre de l'UMR 5199 PACEA, équipe A3P, université Bordeaux 1
Il a réalisé une thèse à l'université Bordeaux 1 sur les réutilisations de tombes durant le haut Moyen Age entre Loire et Garonne. Il a travaillé en France, en Italie, en Afrique et en Jordanie.
Ses recherches actuelles portent sur la gestion des ensembles funéraires à partir des données archéo-anthropologiques, principalement pour la fin de l'Antiquité et le Moyen Age et sur l'interprétation des pratiques funéraires divergentes.Il développe des travaux sur les sépultures médiévales en Ethiopie en participant à la mission Lalibela, archéologie d'un site rupestre.

Bibliographie :
  • Gleize Y. 2012. Des aménagements en bois dans des sarcophages ? Réflexions sur deux exemples du Haut Moyen Age. In Carré F., Henrion F.,Table ronde « Le bois dans l'architecture et l'aménagement de la tombe : quelles approches ? ».
  • Gleize Y., Castex D., 2012. Gestion des morts et traitement du cadavre durant le haut Moyen Age: Regards croisés sur une diversité des pratiques. In : Hervé G., H., Jeanjean A., Richier A., Schmitt A., Sénépart I., Weydert N. (dir.), Rencontre autour du cadavre. Groupe d'anthropologie et d'archéologie funéraire, Saint-Germain-en-Laye, p. 115-124.
  • Gleize Y., Scuiller C., Armand D., 2010. Unusual late antiquity funerary deposit with horse remains (Usseau, France). Antiquity. 84 (325): 765-773.
  • Bel V., Gleize Y., 2010. Gestion de l'espace funéraire, statut de la tombe et des restes humains au Haut-Empire. À propos de quelques découvertes récentes en Narbonnaise. Antiqua, 47 : 215-224.Gleize Y., 2010. La tombe de Prunelle : réflexions autour d'un corps mutilé et de son traitement funéraire. In : De corps en corps, Traitement et devenir du cadavre (Castex D., Cartron I., dir.). MSHA : 215-240.
Année :
2013