Conférences
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
11 mars 2016
Colloque
L'archéologie au laboratoire

Colloque international organisé par Universcience, 
l’Inrap et la fondation EDF Diversiterre. 
Auditorium de la Cité des sciences et de l’industrie
Vendredi 27 et samedi 28 janvier 2012. 

Colloque « L'archéologie au laboratoire »  à la Cité des sciences et de l'industrie vendredi 27 et samedi 28 janvier 2012

L'archéologie au laboratoire
par Hélène Valladas, Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement,CNRS-CEA, université de Saint-Quentin-en-Yvelines

À la demande du conférencier, la diffusion vidéo de cette intervention est momentanément reportée.
Au cours des dernières décennies, les méthodes de datation radionucléaire, notamment celles du carbone 14 en spectrométrie de masse par accélérateur et celles de la luminescence, ont permis de retracer l'évolution de l'Homo sapiens et de mieux connaître la succession des cultures préhistoriques au cours des derniers 100 000 ans. En se fondant sur les travaux réalisés dans des sites archéologiques d'Afrique (Middle Stone Age) et du Proche Orient (Paléolithique moyen), les méthodes de la luminescence ont révélé l'apparition, il y a plus de70 000 ans, de manifestations artistiques. Les premières représentations de l'art pariétal sont associées au début du peuplement de l'Europe par l'homme moderne (Paléolithique supérieur). Grâce aux datations au carbone 14 réalisées notamment pour la grotte Chauvet (Ardèche), on sait maintenant que les hommes préhistoriques maîtrisaient parfaitement les techniques picturales dès le début du Paléolithique supérieur.
Hélène Valladas est rattachée au Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement. Ses travaux portent sur l'application des méthodes de datation radionucléaire à l'archéologie. Elle a contribué à l'étude du peuplement de l'Europe et du Proche-Orient parles hommes de Néandertal et les premiers hommes modernes en utilisant la datation par thermoluminescence. Ses recherches portent également sur l'évolution de l'art pariétal grâce à la méthode du carbone 14 en spectrométrie de masse par accélérateur.

Bibliographie sélective
• N. Mercier, H. Valladas, T. Aubry, J. Zilhão, et al., « Fariseu : first confirmed open air paleolithic parietal art site in the Côa Valley (Portugal) », Antiquity, 2006.
• H. Valladas, N. Tisnérat-Laborde, E. Kaltnecker e tM. Arnold, La datation par la méthode du carbone 14 de la grotte Cosquer, Seuil, 2005.
• H. Valladas, N. Tisnérat-Laborde, E. Kaltnecker, « La datation directe des peintures préhistoriques par la méthode du carbone 14 », Dossier de l'Archéologie,2005.
• H. Valladas, N. Tisnérat-Laborde, H. Cachier, et al., « Bilan des datations carbone 14 effectuées sur des charbons de bois de la grotte Chauvet », Bulletin de la Société préhistorique française, 2005.
• H. Valladas, J. Clottes et J.-M. Geneste, « Chauvet est la grotte la mieux datée du monde », Pour la Science, 2004.
Année :
2012