Colloques
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
04 mars 2016
Archéologie de la violence - violence de guerre, violence de masse

Colloque international organisé par l'Institut national de recherches archéologiques préventives, et le Musée du Louvre-Lens.
Les 2,3  et 4 octobre 2014 à La Scène du Louvre-Lens

Programme

A l'occasion de l'exposition « Les Désastres de la guerre 1800-2014 » présentée au Musée du Louvre-Lens du 28 mai au 6 octobre 2014, l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), et le Musée du Louvre-Lens organisent un colloque intitulé « Archéologie de la violence-violence de guerre, violence de masse ».  Ce colloque a pour ambition d'évaluer l'apport de l'archéologie à la recherche sur les violences collectives et sur la guerre, et de montrer comment elle peut contribuer aux débats contemporains. 

Son approche anthropologique a libéré la recherche des contraintes de l'histoire militaire et stratégique et offre aujourd'hui de nouvelles méthodologies et approches théoriques sur la nature de l'expérience de guerre vécue, tant par les combattants que par les civils. Ce colloque est par ailleurs l'occasion d'un dialogue avec les sciences sociales et l'histoire de l'art, dans une perspective internationale.  

En France, c'est notamment par l'archéologie de la Grande Guerre qu'une réflexion sur les méthodes et les problématiques de recherche a pu se mettre en place, non sans que cette nouvelle démarche ne pose questions. En outre, le XXe siècle a été marqué par des violences extrêmes. Ces événements dramatiques, ont laissé un certain nombre de charniers et de traces. Ils constituent, aux yeux de la justice internationale, autant d'éléments qui permettent de déterminer l'identité des victimes, mais aussi la part de responsabilités de chacun dans les massacres. Tous ces éléments ont ainsi conduit l'archéologie vers de nouveaux enjeux liés à l'expertise médico-légale, à la récupération de la mémoire historique, et au Droit.  

L'archéologie, par la documentation considérable qu'elle apporte sur l'expérience de guerre et la réalité de la violence renouvelle ainsi notre compréhension de la guerre, de la préhistoire aux conflits contemporains.

La direction scientifique de ce colloque est assurée par Jean Guilaine, membre de l'Institut, professeur honoraire au Collège de France (1994-2007) et Jacques Sémelin, directeur de recherche au CNRS, CERI-Sciences Po.

Jeudi 2 octobre 2014

Introductions

Comment des individus que rien ne distingue de la population globale peuvent-ils se muer en tueurs de masse ? Comment des « hommes ordinaires », deviennent t-ils des tueurs, commettant des atrocités, dans un contexte de conflit armé ? Dans quels champs disciplinaires l'archéologie des conflits s'est-elle déployée ?

11h30

13h00

Déjeuner libre

I - Et la guerre commença ...

15h45

Pause

II - Violence de guerre, violence de masse : questions de méthode

Vendredi 3 octobre 2014

Violence de guerre, violence de masse : questions de méthode (suite)

11h30

Pause

III - L'avènement de la guerre totale

13h30

Déjeuner libre

16h00

Pause

18h00

Visite libre de l'exposition « Les Désastres de la guerre 1800-2014 »

Samedi 4 octobre 2014

IV - L'âge des extrêmes

Alors que l'historiographie des conflits contemporains a connu  un tournant, l'attention se porte moins sur les causes et les conséquences politiques des guerres et des dictatures que sur la nature même de la violence de masse, de ses acteurs, de son économie interne. C'est ainsi que l'archéologie s'est déployée dans le « médico-légal » (forensic archeology).
Il s'agit de l'application des principes, des techniques, et des méthodes de l'archéologie dans un contexte légal, lié ou non à des procédures en cours de justice ou de récupération de la mémoire. Sur quels enjeux l'archéologie se mobilise-t-elle dans le cadre de ces conflits contemporains, très diversifiés ? Qu'apporte-t-elle de nouveau ?

11h00

Pause

13h00

Déjeuner libre

16h00

Pause
Année :
2014