La première des cinq campagnes d'archéologie préventive et programmée réalisées par l'Inrap à Siem Reap vient de s'achever. Elles sont liées aux travaux d'extension de l'aéroport international de Siem Reap, situé à proximité de l'emprise de l'immense complexe archéologique d'Angkor.

Dernière modification
19 février 2016

Ces opérations, majeures pour la connaissance du passé khmer, interviennent dans un contexte où le Premier Ministre, François Fillon, en déplacement officiel, s'est rendu à Angkor le 3 juillet pour célébrer avec le roi Norodom Sihamoni, la restauration du Baphuon, manifestant ainsi l'attachement de la France aux enjeux de restauration et de connaissance du patrimoine. 

L'Autorité Nationale Apsara (ANA) - en charge de la protection et du développement du site d'Angkor et de sa région -, Cambodia Airports, la filiale de VINCI Airports qui exploite les aéroports internationaux du Cambodge, dont celui de Siem Reap, et l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) ont conclu une convention tripartite portant sur un programme archéologique quinquennal consacré à l'étude d'une dizaine de sites angkoriens. Cet accord traduit la volonté du groupe VINCI et de l'ANA d'appliquer les principes de l'archéologie préventive dans le cadre de leurs projets d'aménagement ; elle permet à l'Inrap de réaliser un programme de recherches exemplaire sur un site inscrit au patrimoine de l'humanité par l'Unesco.

paragraphe 1
Gopura (porte d'accès) à l'entrée du sanctuaire de Prasat Trapeang Ropou Xème siècle
© Pierre Bâty, Inrap

Une équipe d'archéologues, sous la direction de l'Inrap, réalise à Siem Reap, la fouille de sites angkoriens datés de 950 à 1250 de notre ère. Jusqu'à présent, l'archéologie angkorienne s'est essentiellement concentrée sur de grands sanctuaires. Ainsi, peu de choses sont connues des populations vivant autour de ces temples. Le programme archéologique intègre dans une approche globale les sanctuaires, leurs bâtiments annexes, les habitations, l'espace foncier et parcellaire sur une surface de 10 km2. Les fouilles portent notamment sur des maisons de bois, implantées sur des tertres afin de se protéger durant la mousson. Le mobilier métallique ou céramique exhumé permet d'affiner la chronologie de la période angkorienne. Peu à peu, l'archéologie lève le voile sur la vie quotidienne de ceux et celles qui vivaient et priaient en ces lieux, entre le Xe et le XIIe siècle.

Un projet de recherche exceptionnel

Le projet prévoit un programme de fouilles archéologiques préventives et programmées, réalisées pendant 5 ans sous la conduite scientifique de l'Inrap, dans l'emprise du site d'Angkor, sous la maîtrise d'ouvrage de l'ANA et avec un financement par Cambodia Airports. Le programme est consacré à la fouille des sites localisés sur le domaine de l'aéroport de Siem Reap, comportant des temples et des habitats associés, et à l'étude et la conservation de Prasat Trapeang Ropou et Prasat Preï. Leur étude exhaustive doit permettre, dans le prolongement des recherches réalisées par l'Inrap en 2004 à Siem Reap, de mieux connaître l'habitat angkorien, ses formes et son évolution entre les Xe et XIIe siècles.

Des objectifs de formation et de diffusion

Associant une équipe cambodgienne, le programme a vocation à s'étendre à l'enseignement universitaire et à la diffusion des connaissances au public. Outre la réalisation des [page|265|diagnostics] et des [page|1191|fouilles] , il comporte une formation à l'archéologie préventive destinée aux étudiants en archéologie de l'université de Phnom Penh, l'accueil d'élèves et d'étudiants cambodgiens afin de les sensibiliser à leur patrimoine archéologique, et un projet d'exposition, dans l'enceinte de l'aéroport, consacrée aux découvertes de 2004 et 2011.

Une démarche d'aménagement responsable

L'ensemble du projet s'inscrit dans le contexte général du développement économique et touristique de la région d'Angkor rendant indispensables des aménagements de l'aéroport. Cambodia Airports a choisi de s'y inscrire, depuis 1998, dans une démarche de respect de son environnement et de sauvegarde du patrimoine archéologique du site. Les résultats de ces études permettront notamment à Cambodia Airports d'intégrer la dimension patrimoniale dans ses projets d'aménagement.

Un partenariat original

Le programme archéologique à Angkor est mis en oeuvre grâce à un partenariat étroit entre l'Autorité Nationale Apsara, Cambodia Airports et l'Inrap. Apsara assure la maîtrise d'ouvrage et le contrôle scientifique de l'opération. Cambodia Airports soutient le projet de recherche et en assure le financement. En concertation avec l'Unesco et les ministères français des Affaires étrangères, de la Culture et de la Communication, et de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, l'Inrap porte le projet scientifique et coordonne les interventions de terrain, les actions de formation et de sensibilisation.

L'autorité nationale Apsara

L'établissement public pour la Protection du site et l'Aménagement de la région d'Angkor (Apsara) est une structure interministérielle créée en 1995. Cette autorité nationale a pour mission de protéger, préserver, conserver et mettre en valeur le parc archéologique, culturel et éco-historique d'Angkor. L'ANA conçoit et réalise les plans et programmes d'aménagement et de développement durable, dans la zone de Siem Reap-Angkor. Il recherche et évalue les sources de financement et d'investissement pour la réalisation de travaux d'aménagement et de développement touristique. L'ANA contribue aussi dans la région de Siem Reap-Angkor à la mise en oeuvre de la politique du gouvernement royal de lutte contre la pauvreté. En tant que maître d'ouvrage et gestionnaire du site, Apsara coordonne les actions des partenaires internationaux en matière de restauration et de recherche.

Plusieurs départements de l'ANA sont concernés par les travaux d'archéologie préventive. À travers ces différents départements, l'ANA réalise de nombreuses expertises dans la région de Siem Reap, afin de répondre aux urgences archéologiques et d'assurer le suivi des chantiers des équipes internationales

VINCI Airports

Cambodia Airports est une filiale de VINCI Airports, présents au Cambodge depuis 1995 et qui emploie 1200 personnes sur ses trois aéroports de Phnom Penh, Siem Reap, desservant les temples d'Angkor, et Sihanoukville. Le groupe VINCI s'est également investi dans la société des Artisans d'Angkor, comme partenaire fondateur historique et actionnaire. Cette société à capitaux publics et privés, créée pour favoriser le développement de l'artisanat khmer tout en offrant des perspectives d'insertion professionnelle aux populations défavorisées de la région de Siem Reap, emploie 1160 personnes, dont 840 artisans bénéficiant de la garantie d'un revenu contractuel et d'une couverture sociale complète.
 
VINCI Airports assure le développement et l'exploitation de neuf aéroports en France, principalement dans le cadre de délégations de service public : Grenoble-Isère, Chambéry-Savoie, Clermont-Ferrand-Auvergne, Quimper-Cornouaille, Rennes-Saint-Jacques, Dinard-Pleurtuit, Nantes-Atlantique, Saint-Nazaire-Montoir, Ancenis, ainsi que le futur aéroport du Grand Ouest. VINCI Airports est également concessionnaire des trois aéroports internationaux du Cambodge. Au total, ces douze aéroports ont accueilli près de 8 millions de passagers en 2010 pour un chiffre d'affaires global de 150 millions d'euros.

L'Inrap

Avec plus de 2 000 collaborateurs et chercheurs, l'Inrap est la plus importante structure de recherche archéologique française et l'une des toutes premières en Europe. Institut national de recherche, il réalise la majorité des diagnostics archéologiques et des fouilles en partenariat avec les aménageurs privés et publics : soit près de 2 000 chantiers par an, en France métropolitaine et dans les Dom.
Ses activités internationales portent notamment sur la participation à des programmes de recherche internationaux, l'enseignement et la diffusion des techniques et méthodes de l'archéologie préventive, la valorisation du savoir-faire et des connaissances scientifiques de ses chercheurs et la diffusion de la connaissance archéologique. Ses équipes interviennent chaque année dans une vingtaine de pays, dans le cadre d'une trentaine de missions associant plusieurs institutions.
Depuis sa création, l'institut a suscité ou s'est associé à de nombreuses initiatives visant au développement de l'archéologie préventive dans les pays du Sud (Atelier euro-maghrébin sur l'archéologie préventive à Alger en 2004, colloque de Nouakchott en  2007, fouille de Moulay Idriss au Maroc en 2008, missions scientifiques à Lalibela , site inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco, en Ethiopie à partir de 2009).
Maître d'ouvrage : Autorité nationale Apsara
Aménagement : Cambodia Airports
Recherche archéologique : Inrap
Responsable scientifique : Pierre Bâty Inrap
Contrôle scientifique : Autorité nationale Apsara
Contact(s) :

Inrap
Vincent Charpentier
Responsable du service partenariats et relations avec les médias
Inrap, direction du développement culturel et de la communication
01 40 08 80 16
vincent.charpentier [at] inrap.fr

Mahaut Tyrrell
Chargée de communication médias Inrap,
Service des partenariats et relations avec les médias
01 40 08 80 24
mahaut.tyrrell [at] inrap.fr

VINCI
Maxence Naouri
Relations presse
01 47 16 35 00
maxence.naouri [at] vinci.com

VINCI
Cambodia Airports
Séverine Gagneraud
severine.gagneraud [at] gmail.com