À l'occasion de la construction d'un lotissement à Propriano (Corse du Sud), les archéologues de l'Inrap viennent de mettre au jour un édifice antique, un ensemble d'églises et une nécropole. Devant l'intérêt scientifique de ces découvertes, une prolongation des fouilles a été financée par la Drac Corse.

Dernière modification
18 mai 2016

Les archéologues ont dégagé deux églises successives emboitées.
La plus récente, probablement du début du second Moyen-Âge, conservée sur plus d'un mètre de haut, présente une nef de 11 m sur 5,60 m prolongée au sud-est par une abside. Cette chapelle a été édifiée sur les ruines d'une église antérieure, actuellement attribuée au VIe ou VIIe siècle de notre ère. Cette première église est plus vaste - 16 m de long et  8,50 m de large - et l'essentiel de ses aménagements liturgiques a été conservée de manière exceptionnelle. Ainsi, le sol maçonné du coeur, la base d'un autel maçonné et une banquette destinée au clergé sont encore visibles. Dans la nef, deux murets parallèles ont également été dégagés et semblent délimiter un couloir axial menant au coeur, Au nord, une petite pièce détruite par un incendie, est reliée à la chapelle par un escalier aménagé dans l'épaisseur de son mur.
 

Les églises

Un ensemble de murs et un bâtiment circulaire de 6,50 m de diamètre intérieur appartiennent à un premier état, correspondant peut-être à une villa romaine. Deux petits groupes de tombes à inhumation, situés à quelques mètres vers l'ouest et vers le nord peuvent y être associés. C'est sur les ruines de cette construction qu'ont été édifiés les premiers édifices de culte chrétien.
Enfin à l'ouest, la construction récente d'un hangar a détruit partiellement un troisième bâtiment à abside, dont on distingue les murs de la nef et peut-être le négatif d'une base d'autel.

La nécropole

Elle se compose de 72 sépultures, le plus souvent sous bâtières de tuiles, parfois en coffre de pierres ou de briques pour les adultes, en amphore cylindrique d'origine africaine pour les enfants. Ces sépultures en amphore sont nombreuses et parfois associées à une tombe en bâtière. Les dépôts d'offrande se composent de quelques flacons de verre et de monnaies, pour la plupart attribuable au IVe siècle de notre ère. La dernière phase d'utiisation cette zone funéraire est documentée par un ensemble de sépultures en pleine terre.

Redécouvrir l'histoire de Propriano

Les églises de Propriano sont probablement tombées dans un oubli total dès le Moyen Âge et même la toponymie n'en garde trace. Aucune mention n'est faite d'une agglomération ou d'un port à cet endroit sur la carte antique de Ptolémée, ni sur celle d'Antonio Magnani, antérieure à 1536. Il  faudra attendre 1860, pour que ce simple hameau de pêcheurs dépendant de Fozzano, devienne une commune à part entière.
Aménagement : SARL Limat Promotion
Contrôle scientifique : Service régional de l'archéologie (DRAC Corse)
Responsable scientifique : Philippe Chapon, Inrap
 
Contact(s) :

Mahaut Tyrrell
chargée de communication médias
Inrap, pôle partenariats et relations avec les médias
01 40 08 80 24
mahaut.tyrrell [at] inrap.fr

Catherine Dureuil
chargée du développement culturel et de la communication
Inrap Méditerranée
06 87 01 62 86
catherine.dureuil [at] inrap.fr