Une enceinte à « pseudo-fossé » du Ve millénaire avant notre ère à Vendenheim, Bas-Rhin.

Chronique de site
Dernière modification
10 mai 2016

D'une emprise de 1,5 hectares, la fouille a révélé des vestiges de différentes époques, du Néolithique à l'Antiquité. Parmi les vestiges néolithiques mis au jour, les archéologues ont découvert une enceinte, très probablement cérémonielle. En Alsace, ce type d'enceinte est assez bien documenté : dites fossé discontinu ou à « pseudo-fossé », elles sont composées de creusements oblongs indépendants. Ces structures, éphémères et en perpétuel mouvement, livrent généralement peu de mobilier. L'enceinte de Vendenheim a cependant montré quelques fragments de céramique décorée, qui permettent de situer le site dans la première moitié du Ve millénaire avant notre ère.

Fouille de l'enceinte néolithique (vue vers l'est).
Fouille de l'enceinte néolithique (vue vers l'est).

© Philippe Lefranc, Inrap

Des secteurs d'habitat de la fin du Ve et du IVe millénaire

La fouille a mis au jour deux secteurs d'habitats matérialisés par des structures de stockage de type silo. Le premier secteur compte une douzaine de fosses riches en mobilier, notamment céramique. Un des silos contenait les restes d'un individu inhumé sur le dos, membres inférieurs fléchis. À ce jour, il s'agit pour la vallée du Rhin de la plus ancienne attestation de l'inhumation en fosse de stockage, phénomène qui ne se généralise en Alsace que trois siècles plus tard. Le second secteur d'habitat rassemble une trentaine de creusements, principalement des structures de stockage.
Un ensemble de structures énigmatiques
Les archéologues ont fouillé une vingtaine de structures, dites « fentes », organisées en arc de cercle. Trois d'entre elles ont livré des dépôts animaux. Leur attribution au Néolithique sera confirmée par des datations radiocarbones. Des analyses, en collaboration avec la faculté de géographie de Strasbourg, éclaireront peut-être la fonction de ces structures énigmatiques.

Un habitat protohistorique

Quelques silos dispersés au milieu des fosses néolithiques sont probablement protohistoriques : les ossements d'un enfant et d'un chien retrouvés dans ces fosses pourront faire l'objet d'une analyse radiocarbone et confirmer cette datation.

Un camp de marche romain

La découverte d'un camp de marche de la légion romaine est inattendue. Un camp de marche est un camp temporaire aménagé par les légions romaines lors de leurs déplacements. Ces camps, constitués de tentes, répondent toujours au même plan.
Les seules traces aujourd'hui visibles sont les fossés qui entourent ces enceintes quadrangulaires. La fouille de Vendenheim a également mis au jour les traces du talus qui surélevait le camp et deux portes protégées par un titulum, petite fortification construite à l'image de l'enceinte (fossé et talus). La concentration de camps temporaires au nord de Strasbourg est peut être liée aux manoeuvres militaires de la VIIIe légion. Elle peut aussi concerner des légionnaires affectés à l'entretien ou à la surveillance de la voie reliant Strasbourg à Brumath.