A Vandières, Meurthe-et-Moselle, le gisement de Vandières, au lieu-dit Brouin Champ est localisé à 30 km au sud de Metz, dans la plaine alluviale de la Moselle, sur un léger dénivelé dégagé par un méandre de ce cours d'eau.

Chronique de site
Dernière modification
10 mai 2016

Le site, décapé sur une surface de 9 600 m2, s'étend selon toute vraisemblance au nord et à l'est, en dehors de la limite d'emprise de la LGV Est. Cet emplacement correspond aujourd'hui à l'un des rares secteurs épargnés en période de crue, ce qui explique sans doute pourquoi l'homme s'y est installé à de nombreuses reprises durant toute la Protohistoire.

La première occupation semble remonter au Néolithique moyen. Les vestiges sont peu abondants et l'on ne dénombre qu'un poteau et quelques fragments de céramique. Mais on notera également la présence, en position secondaire, d'une herminette qui suppose la présence d'un habitat du Néolithique ancien dans les environs.

Le Campaniforme est représenté par une tombe et un niveau détritique piégé dans l'ancien chenal. Les restes de plusieurs vases, un abondant mobilier lithique (éléments de mouture, galets brûlés et quelques silex) et de la faune y ont été récoltés. 


Plusieurs silos, une dizaine au total, ont livré un ensemble de céramiques du Bronze ancien. Aucune construction ne peut cependant être rattachée à cette période.

À partir du début du Bronze final, les phases d'abandon semblent plus sporadiques. En effet, l'abondant mobilier piégé, tant dans les colluvions du chenal fossile que dans les structures, couvre une période allant du Bronze final jusqu'au second âge du Fer.

Le Bronze final voit se développer l'utilisation du bronze qui remplace définitivement le silex pour l'outillage. La fabrication des pièces est l'oeuvre d'artisans spécialisés itinérants et elle s'effectue sans doute sur place, à la demande. Les objets de bronze sont obtenus dans des moules réalisés en terre (à la cire perdue le plus souvent) ou à partir de blocs de roche dure dans laquelle la forme de l'objet est dégagée par gravure. C'est le cas pour celui trouvé sur ce site, utilisé dans un premier temps pour la production de faucilles. Après fracturation, le moule fut modifié pour la fabrication de pointes de flèches.

Les vestiges de l'âge du Fer semblent mieux conservés. On note la présence d'une palissade conservée sur une longueur de 70 m, prolongée par un fossé sur 45 m environ. Ce dernier bifurque à angle droit à deux reprises, puis disparaît. L'aire ainsi enclose est estimée à 2 500 m2. En bordure du chenal fossile, cet enclos est doublé par une seconde palissade. Plusieurs bâtiments de stockage et d'habitation implantés dans cet enclos peuvent lui être associés.

Le site de Vandières apporte donc des données de toute première importance pour l'étude de la Protohistoire dans le secteur. Il est comparable à bien des égards à celui localisé à quelques centaines de mètres plus au sud, au lieu-dit Les Grandes Corvées.