En 2009, la mairie de Marignane (Bouches-du-Rhône) a engagé l'opération de rénovation du coeur de ville, dont la finalité est d'apporter des réponses aux problèmes de paupérisation du centre ancien, en agissant aussi bien sur l'amélioration de l'habitat que sur la création d'espaces publics.

Dernière modification
10 mai 2016

Ce programme, qui concerne environ 5 000 habitants, couvre un périmètre de 15 ha. Étant assorti d'un Plan de sauvegarde et de mise en valeur, l'élaboration du projet de rénovation s'organise, entre autres, avec la collaboration du ministère de la Culture (service départemental de l'Architecture et du Patrimoine et service régional de l'Archéologie) qui ont confié à l'Inrap la réalisation d'un diagnostic archéologique visant à évaluer l'importance du patrimoine architectural du centre ancien.


Un peu d'histoire

L'histoire de la ville de Marignane est peu documentée. Jusqu'ici, les découvertes de vestiges protohistoriques et gallo-romains ne concernaient pas le centre ancien. À partir de la fin du Xe siècle, les mentions de terres situées dans la Plaine de Marignane ou dans la Villa de Marignane sont relativement nombreuses, mais difficiles à localiser. Du XIe au XVe siècle, la seigneurie appartient à la famille des Baux, pourtant, avant le XIIIe siècle, aucun document ne fait clairement allusion au village, à son château ou à son église. En 1603, les Covet deviennent seigneurs de Marignane. Leur château, actuelle mairie, est l'agglomération de l'Ancien Régime. Comprendre l'organisation de l'habitat médiéval et localiser les premiers châteaux sont des enjeux majeurs de l'étude archéologique du centre ancien de Marignane. Pour préciser l'évolution de l'architecture et de la structure urbaine, les archéologues travaillent avec le service des archives municipales et les associations historiques locales.

L'archéologie du bâti

L'archéologie du bâti n'est pas une discipline à part entière. La discipline c'est l'archéologie, le bâti c'est le domaine d'application. La lecture stratigraphique des élévations relève de la même démarche que la fouille : un certain nombre d'éléments significatifs permettent d'établir une chronologie qui rend compte de la genèse des structures et de leur évolution par destructions et transformations. Pour comprendre cette chronologie, l'archéologue sonde les maçonneries cherchant à découvrir ce qui se passe sous les enduits lissés d'un bâtiment au style apparemment unitaire. Ces décroûtages permettent de détecter des états insoupçonnables au premier regard. À défaut d'éléments scientifiques de datation (bois, charbon...), l'archéologue doit se contenter de faire appel aux critères stylistiques, aux textes, aux comparaisons. À partir de l'emplacement et des dimensions des ouvertures, de leur mise en valeur, des modes de distribution, commence la réflexion sur la maison-habitation.

La réglementation concernant le patrimoine archéologique

Elle prévoit que tout projet d'aménagement ou de construction susceptible d'affecter des éléments de ce patrimoine doit être précédé des mesures appropriées de détection, de conservation et de sauvegarde par l'étude. C'est dans ce cadre que les services de l'État (préfecture de Région - direction régionale des Affaires culturelles) ont instruit le projet de réhabilitation du centre ancien mené par la ville de Marignane et prescrit la réalisation d'un diagnostic archéologique par l'Inrap. Ce diagnostic a pour objectif de mettre en évidence et de caractériser les éléments du patrimoine (enfoui et en élévation) présents dans l'emprise du projet de réhabilitation. Ses résultats serviront de base aux prescriptions ultérieures de l'État : fouilles archéologiques, études architecturales complémentaires, et, en concertation avec l'Architecte des bâtiments de France, conservation in situ d'éléments remarquables. Les textes règlementaires figurent dans le Code du Patrimoine (livre V) - décret n° 2004-490 du 3 juin 2004.