A Besançon, Doubs, cette évaluation archéologique a été réalisée en deux tranchées (25 à 30 m) creusées dans la cour de récréation d'une école, distante d'une dizaine de mètres du Doubs.

Chronique de site
Dernière modification
10 mai 2016

Une mosaïque fouillée partiellement il y a trente ans sous la rue adjacente a servi de point de repère pour la première tranchée. Un sondage profond en limite de la seconde tranchée a contribué à vérifier le potentiel sous-jacent. Des sondages dans les caves des bâtiments du collège devaient permettre de définir l'extension des vestiges.

Le toit des niveaux antiques se situe sous 2 m de remblais modernes. Dans la tranchée I, ces remblais sont directement posés sur un terrazzo mal conservé, lui-même construit sur un gros remblai scellant un niveau très bien structuré.

Celui-ci est matérialisé par l'angle nord de la mosaïque au Neptune, qui offre ici un décor de labyrinthe, et par le sol en terrazzo d'un couloir de 12 m qui longe sur au moins deux côtés une salle à mosaïque et dessert d'autres pièces à terrazzo.

La deuxième tranchée et le sondage profond présentent également des structures antiques et des indices préromains : sols (opus signinum, terrazzo simples ou terre battue) et murs, sur près de 2 m de puissance stratigraphique.

Les datations apportées par le mobilier donnent une fourchette s'étalant de La Tène finale à la fin IIe-IIIe s. de n. è.

Manifestation

Projet éducatif réalisé par des professeurs du collège Lumière.