A Gougenheim, Bas-Rhin, une fouille menée entre août et décembre 2009 par une équipe de l'Inrap, à une vingtaine de kilomètres de Strasbourg, dans le cadre des opérations archéologiques préalables à la seconde phase de la ligne à grande vitesse Est européenne.

Dernière modification
10 mai 2016

La fouille a révélé plusieurs traces d'occupation datées de l'âge du Bronze et du Fer ainsi qu'un ensemble important de sépultures en fosses circulaires de la période du Néolithique récent. Cette dernière découverte est d'un intérêt majeur pour la connaissance des pratiques d'inhumation durant la période néolithique.


Des occupations du Néolithique ancien au début de l'âge du Fer

Sur près de 4 hectares, le site a révélé des vestiges d'habitat appartenant à des périodes d'occupations distinctes : le Néolithique ancien, le début de l'âge du Bronze et le premier âge du Fer. Les indices de fréquentation les plus anciens, au Néolithique ancien, sont très ténus mais ils identifient la présence de bâtiments d'habitation des plus anciennes communautés d'agriculteurs, aux alentours de 5 000 ans avant notre ère. Des vestiges plus récents attestent une zone d'habitat datable du Bronze ancien, au début du IIe millénaire, une période rarement représentée dans la région. Enfin, une occupation au premier âge du Fer, à situer dans le courant du VIIIe siècle avant notre ère, est attestée par un ensemble de structures de stockage et de fosses d'extraction du limon (nécessaire à la préparation de torchis). Elle se distingue par un mobilier archéologique abondant, dans un bon état de conservation et qui regroupe de nombreux éléments de vaisselle finement décorée ainsi que des objets métalliques peu courants.

Des sépultures en silo du Néolithique récent (4 000 ans avant notre ère)

Deux individus assis l'un à côté de l'autre, un autre dont la main est posée sur son crâne et d'autres encore dont le point commun est d'avoir été ensevelis dans des fosses désaffectées ou détournées de leur usage initial de stockage (fosse-silos), une pratique courante - sinon exclusive - pour cette période du Néolithique, mais généralement attestée par des ensembles restreints sur les sites d'habitat. L'opération archéologique menée à Gougenheim a révélé un nombre très important d'individus : 44 au total, adultes et enfants, nombre encore jamais atteint et qui place ce site au tout premier rang des ensembles funéraires de la vallée du Rhin supérieur pour le Néolithique récent.

Pour comprendre l'importance de cette découverte, il faut savoir que la période offre très peu de sépultures aussi bien conservées aux archéologues. Le corpus est ici très important et va permettre de faire évoluer significativement notre connaissance des gestes mortuaires de cette période. On peut d'ores et déjà noter l'existence de manipulations post mortem se traduisant par des déplacements d'ossements, ainsi qu'une grande variabilité de positions des défunts, éléments qui soulèvent de nombreuses interrogations.