Dans le cadre des recherches archéologiques menées sur prescription de l'État (Drac Picardie) en amont du tracé du canal Seine-Nord Europe, sous maîtrise d'ouvrage de Voies navigables de France, une équipe de l'Inrap a récemment découvert un sanctuaire gallo-romain (fanum) sur les communes de Nesle et de Mesnil-Saint-Nicaise (Somme).

Dernière modification
10 mai 2016

À ses abords deux puits ont été identifiés. Leur fouille révèle aujourd'hui un remarquable ensemble d'objets à caractère votif dont d'exceptionnels bois sculptés rappelant des découvertes réalisées anciennement en Auvergne et en Bourgogne.

D'exceptionnels ex-voto

D'exceptionnels ex-voto
Le premier puits, de 15 m de profondeur, a été fouillé durant le printemps 2012. Les objets découverts, datés des IIe-IIIe siècles de notre ère, sont des offrandes, probablement pratiquées par quelques pèlerins en vue d'écarter le mal, d'implorer guérison ou fertilité, en s'attirant la faveur des dieux... Plusieurs sculptures en bois, exceptionnellement conservées et figurant des jambes, illustrent ces pratiques. Ces rarissimes ex-voto anatomiques ne trouvent à l'heure actuelle que deux comparaisons en France : le site des sources de la Seine découvert en 1963 en Côte-d'Or, celui de la source des Roches, identifié en 1968 près de Chamalières dans le Puy-de-Dôme.
Le puits antique du Mesnil-Saint-Nicaise contient de nombreux objets céramiques dont des statuettes d'animaux (chevaux, boeufs, oiseaux), de déesses mères et d'un étonnant personnage protecteur assimilé à un dieu, Risus, représenté sous la forme d'un enfant chauve arborant un sourire contraint. Parmi les nombreux objets métalliques figure une exceptionnelle médaille représentant Luna, déesse de la lune.

Apollon à Nesle et Mesnil-Saint-Nicaise

Actuellement en cours de dégagement, le second puits livre lui aussi quantité d'objets. Parmi eux, les archéologues viennent de mettre au jour, à treize mètres de profondeur, un grand mortier en céramique sur lequel est gravée une dédicace : Deo Apollin(i) / Vatumaro / Iunianus / Iuni fil(ius) / d(e) s(uo) d(edit) (« au dieu Apollon, Vatumarus, Iunianus, fils de Iunus a fait l'offrande à ses frais ») indique qu'Apollon était un des dieux honorés dans le temple.  
Ces remarquables découvertes font-elles de ce site un sanctuaire des eaux, apportant santé et guérison ? Cela semble être le cas, les deux puits fouillés jouxtent le temple antique, en rebord d'un petit vallon.

Au fond du puits, une fouille très particulière

Les puits archéologiques sont toujours difficiles à appréhender. Les deux puits antiques du Mesnil-Saint-Nicaise sont fouillés par la société Archéopuits, spécialisée dans l'excavation de ce type de structures et capable d'allier exigences scientifique et sécurité. Les cinq premiers mètres des puits ont été décaissés par l'Inrap à l'aide d'engins mécaniques ; ils sont alors progressivement vidés de leur terre de comblement, avant d'atteindre le mobilier archéologique, dans leurs huit derniers mètres. Chaque type de mobilier fait ensuite l'objet d'études particulières. Un protocole de conservation a été mis en place pour les plus fragiles, ceux en bois ou en cuir, comme une chaussure cloutée, ou caliga, extraite du premier puits. Les objets en bois seront notamment analysés par un xylologue, qui déterminera les essences des bois utilisés, les traitements subis, etc.
Aménagement : Voies navigables de France
Contrôle scientifique : Service régional de l'Archéologie (Drac Picardie)
Responsable scientifique : Aurélie Rousseau
Contact(s) :

Mahaut Tyrrell
chargée de communication médias
Inrap, pôle partenariats et relations avec les médias
01 40 08 80 24
mahaut.tyrrell [at] inrap.fr

Elisabeth Justome
chargée de développement culturel et de communication
Inrap, direction interrégionale Nord-Picardie
03 22 33 40 54
elisabeth.justome [at] inrap.fr