Une équipe de l'Inrap mène actuellement une fouille à Lessay, en amont de la création du parc d'activités de Gaslonde par la Communauté de communes du Canton de Lessay. Prescrite par le service régional de l'Archéologie, cette fouille fait suite à un diagnostic archéologique réalisé par l'Inrap en 2012.

Chronique de site
Dernière modification
10 mai 2016

L'opération en cours, d'une durée de deux mois, a démarré le 3 novembre dernier par le décapage des terres végétales sur une superficie de 1,2 ha. Cette première phase a permis de mettre au jour des traces témoignant d'une occupation du site à la fin de la période gauloise et au début de l'Antiquité, notamment une série d'enclos délimités par des fossés. Les archéologues s'attèlent désormais à la fouille fine de ces vestiges.

Enclos et parcelles : un site occupé dès la fin de l'âge du Fer

Le diagnostic archéologique mené en 2012 a permis d'identifier une série d'enclos quadrangulaires contigus, délimités par des fossés et intégrant des bâtiments sur ossature de bois. Ces vestiges suggèrent l'existence d'une occupation gauloise (second âge du Fer), probablement une exploitation agricole et un réseau parcellaire associé, fortement remaniée au début de l'Antiquité. La fouille actuelle se concentre sur l'étude des enclos et des paysages périphériques. Ainsi, un enclos quasiment complet a été mis au jour dans le tiers sud des terrains. D'une surface avoisinant les 2 200 m², il est délimité par des fossés de près de 2 m de large. À l'intérieur, l'emplacement d'un édifice en bois est signalé dans les sables naturels par les empreintes sombres et circulaires des poteaux disparus. Ce bâtiment contient les restes d'un possible foyer. Les quelques fragments de céramique recueillis à la surface des fossés confirment que ce site a été occupé vers la fin de la période gauloise et le début de la période romaine.
Sur les extérieurs de l'enclos, des réseaux de fossés dessinent de grandes parcelles, dévolues aux activités agricoles (élevage, céréaliculture, etc.), qui viennent compléter l'organisation de cette implantation humaine ancienne. Par ailleurs, plusieurs réseaux se chevauchent dans des orientations décalées, attestant de récurrentes modifications du paysage depuis l'époque gauloise ou gallo-romaine, et jusqu'à la fixation du parcellaire actuel.

L'enjeu de ces recherches

Après l'exploitation des vestiges sur le terrain, l'équipe d'archéologues poursuivra ses investigations scientifiques en laboratoire. Il s'agira notamment de préciser la morphologie et la fonction de chacun des vestiges et de suivre leur évolution par période. Cette chronologie sera bâtie grâce à l'étude des céramiques collectées sur le site. À partir de prélèvements réalisés dans le comblement des fossés, des analyses de pollens seront par ailleurs effectuées afin de dresser un aperçu de l'environnement dans lequel les populations humaines de l'époque se sont implantées et ont prospéré.
Toutes ces données permettront de mieux caractériser l'occupation de la fin de l'âge du Fer découverte à Lessay, et en particulier la forme de l'habitat. Les archéologues s'attacheront aussi à établir des comparaisons avec des sites contemporains connus dans la Plaine de Caen et dans le massif armoricain et à comprendre comment le site a évolué au début de l'Antiquité. Ainsi, cette fouille s'inscrit dans une problématique de recherche plus vaste, visant à étudier la transformation des campagnes entre la fin du Ier millénaire avant J.-C. et le début de l'Antiquité.
Des occupations humaines gauloise et gallo-romaine à Lessay
Maîtrise d'ouvrage et financement des travaux : Communauté de communes du Canton de Lessay
Contrôle scientifique : Drac Basse-Normandie
Recherche archéologique : Inrap
Adjoint scientifique et technique : Cyril Marcigny, Inrap
Responsable scientifique : Laurent Paez-Resende
Contact(s) :

Sandrine Lalain
Chargée du développement culturel et de la communication
Inrap, direction interrégionale Grand Ouest
02 23 36 00 64 / 06 45 99 16 03
sandrine.lalain [at] inrap.fr