A Achères, dans les Yvelines, un projet d'aménagement sur 50 hectares en bord de Seine a permis aux archéologues d'identifier des paléochenaux et des vestiges d'époque gauloise et gallo-romaine. 

Chronique de site
Dernière modification
19 février 2016

Compte tenu de la position de la zone à explorer en fond de vallée alluviale, deux problématiques complémentaires ont orienté les choix de l'opération archéologique.

La présence de paléochenaux permettait de développer une approche paléoenvironnementale sur près d'1 km de vallée, débouchant sur une compréhension des divagations du cours de la Seine sur près de 10 000 ans. Le second aspect de la problématique consistait à comprendre les modalités de l'implantation humaine dans ces milieux sujets aux crues de la rivière et ceux qui sont en bordure de la plaine inondable. Les premiers résultats de l'opération archéologique montrent la présence d'au moins cinq paléochenaux successifs qui se recoupent et qui dessinent de petites îles visibles probablement jusqu'à la période romaine. Des bâtiments à quatre poteaux, probablement protohistoriques, ont été implantés sur ces îlots qui devaient constituer des points culminants dans le fond de vallée. Les restes d'une implantation gallo-romaine ont été mis en évidence sur la terrasse weischélienne en bordure de la zone inondable. Les occupations plus anciennes, néolithiques, se matérialisent par des nappes de vestiges et par des rejets dans le fond de certains chenaux.