Suite à un diagnostic établi entre 2010 et 2012 sur la commune de Mudaison, la fouille du site de Cadoules a été effectuée sur une surface de 58239;100 m2, limitée à l’ouest par un chenal ancien de la Cadoule. 

Chronique de site
Dernière modification
21 août 2017

Deux phases d’occupation durant le Néolithique final ont été identifiées. La plus ancienne correspond au début de la période et la seconde à son plein développement.

Des silos et des caves

Les deux sites d’habitat sont marqués par de nombreuses et profondes structures de stockage. Certaines, de faible profondeur, sont probablement liées à l’habitat et ont servi à stocker provisoirement les denrées d’usage courant. D’autres, plus profondes, considérées comme des caves, évoquent une conservation à plus long terme ; elles sont fréquemment dotées de logettes circulaires destinées à caler des vases ou des paniers et pourvues d’un accès facilité par quelques marches. De grandes et profondes fosses circulaires ou parfois allongées ont pu servir aussi au stockage du fourrage.  

L’une des caves profondes de la phase ancienne (début du Néolithique final) a été utilisée comme sépulture après abandon de sa fonction première. Les autres, après avoir cessé de servir au stockage, ont accueilli les déchets domestiques, en particulier des ossements animaux et de la céramique. Deux creusements destinés à collecter de la terre pour la construction des maisons ont aussi été observés.  

Deux types de céramique

Ce site a livré un abondant mobilier archéologique. Deux types de céramique marquent les deux périodes d’occupation.  

La phase ancienne (3300-3000 avant notre ère) est caractérisée par des récipients aux formes simples, fréquemment décorés de cordons, et par quelques vases carénés dans la tradition du Néolithique moyen.  

La phase récente (2800-2700 avant notre ère) voit la disparition des profils carénés, la raréfaction des décors, en particulier la quasi disparition des cordons au profit d’autres techniques (pastilles, impressions…).  

D’autres études concernant la faune, l’outillage en pierre taillée, le matériel de mouture et le paléo-environnement ont été menées ; elles nous renseignent sur l’économie de ces sites  et le contexte naturel contribuant à une meilleure connaissance des sociétés agro-pastorales du Néolithique final dans les plaines du Languedoc.