Conférences
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
14 septembre 2016
Colloque
Archéologie de la santé – anthropologie du soin

Colloque international organisé par l’Inrap, en partenariat avec le Musée national de l’homme.
Les  30 novembre et  1er décembre 2016 à l'Auditorium Jean Rouch - Musée de l’Homme

Matériel médical de l'US Army provenant de l'ancien hôpital militaire américain (1917-1919) à Saint-Parize-le-Châtel. © Denis Gliksman, Inrap

Archéologie de la santé – anthropologie du soin
par Alain Epelboin, chercheur CNRS-MNHN- Musée de l’Homme Paris, médecin anthropologue et vidéaste

Inscription

L'accès au colloque est libre, sur réservation, dans la limite des places disponibles.

Des origines à nos jours, l’histoire de l’Homme et de ses systèmes de préservation de la santé, de cure des maladies et de maîtrise de séquences de malheurs montre une permanence du recours à des remèdes dont l’efficacité est fondée sur : – des théories analogiques (soigner le mal par son semblable ou son contraire) ; – l’usage d’amulettes protectrices ; – l’extraction matérielle et symbolique du mal. C’est ce dernier point que nous voudrions développer dans cette communication.

Qu’il s’agisse d’usages de purgatifs, d’émétiques et de saignées, d’applications de « pierres » ou de pompes à venin sur des morsures de serpents, de chirurgie réelle (trépanations de crânes, uvulectomie, amygdalectomie ou appendicectomie systématiques...), de chirurgie symbolique extrayant du corps des objets divers par illusionnisme, sans effraction cutanée (matières minérales, végétales, animales, objets manufacturés...), on les retrouve dans tous les temps, y compris contemporains et dans de très nombreuses civilisations. Ils ne guérissent pas forcément, mais apportent souvent un soulagement considérable lorsqu’ils sont employés par un guérisseur subtil et en des temps pertinents de la cure.

Leur efficacité est liée à leur adéquation avec les systèmes autochtones de représentation de la maladie et du malheur, notamment l’étiologie, partagés par les soignés et les soignants. Ils mobilisent des ressorts efficients de la psyché humaine, individuelle et sociale en donnant du sens aux maux qui affectent une personne en les extériorisant et les présentifiant matériellement. Le propos sera illustré par des extraits de vidéos ethnographiques sénégalaises et centrafricaines de cures de maux de dents ou d’yeux, de femmes enceintes ou allaitantes, d’individus malchanceux, collectés par l’auteur au Sénégal et en République centrafricaine

Alain Epelboin est chercheur CNRS-MNHN- Musée de l’Homme Paris, médecin anthropologue et vidéaste.

- nombreux séjours de terrains depuis 1972 (Togo, Mali, Sénégal, RCA, Congo, RDC, Angola, Gabon..., malades en région parisienne, originaires d’Afrique subsaharienne, du domicile aux PMI et à l’hôpital)

- responsable de la vidéothèque anthropologique « SMM » (santé, maladie, malheur) CNRS-MNHN., http://www.canal-u.tv/producteurs/smm

- rédacteur en chef du Bulletin de la Société de pathologie exotique

- consultant OMS pour les épidémies de maladie à virus Ebola et Marburg depuis 2003, membre du comité international d’urgence Ebola de l’OMS, du comité scientifique Ebola AVIESAN... ;

- co-commissaire scientifique d’expositions (Institut du monde arabe, Musée de l’homme...) ;

- chargé de cours d’anthropologie médicale dans diverses universités françaises et formations professionnelles de soignants ;

- intervenant d’ethno-psycho-médecine dans divers services hospitaliers parisiens et services de protection maternelle et infantile

Bibliographie

  • Epelboin A. (1977), La Pierre noire, pierre à serpents, thèse de doctorat de médecine, Paris VI, directeur M. Gentilini, 88 p.
  • Thomas J. M. C., Bahuchet S., Epelboin A. (depuis 1993), Fürniss S. (depuis 2003) (éds.) (Arom, Bahuchet, Cloarec-Heiss, Epelboin, Fürniss, Guillaume, Motte, Sénéchal & Thomas), (1981-2014), Encyclopédie des Pygmées Aka : techniques, langage et société des chasseurs-cueilleurs de la forêt centrafricaine (Sud-Centrafrique et Nord-Congo), Paris, Éditions Peeters-SELAF, 11 volumes (3 130 p)
  • Epelboin A. (1983), La Malédiction de la pierre noire, in Retel Laurentin A. (dir.), Étiologie et perception de la maladie dans les sociétés modernes et traditionnelles, Paris, L’Harmattan, p. 265-276
  • Epelboin A. (2010), « Préface », in Mion G., Larréché S., Goyffon M., Aspects cliniques et thérapeutiques des envenimations graves, Ganges, Édition Urgence Pratique Publications, 140 p.
Année :
2016