Une équipe de l'Inrap mène actuellement une opération de fouille préventive à Saint-Michel-Chef-Chef, au lieu-dit Les Allées de l'horizon, en amont de la réalisation d'une opération de lotissement par le Groupe Giboire.

Chronique de site
Dernière modification
19 février 2016

Effectuée sur prescription de l'État (Drac Pays-de-la-Loire, service régional de l'Archéologie), cette intervention qui a démarré le 21 octobre s'achèvera fin novembre-début décembre. Sur 5 000 m2 environ, les archéologues étudient actuellement des vestiges des périodes gauloise et gallo-romaine. 

Deux occupations successives sur ce site littoral

Les recherches archéologiques ont permis de mettre en évidence deux importants enclos, remontant à plus de 2 000 ans. Le premier, de forme curviligne et doté d'un petit enclos annexe, date du milieu de la période gauloise (environ 300-200 ans av. J.-C). Le second est un grand enclos quadrangulaire partitionné, aménagé dès la fin de la période gauloise (Ier siècle av. J.-C) et utilisé jusqu'au début de l'époque gallo-romaine (Ier siècle apr. J.-C). Les fossés qui le délimitent sont caractérisés par une forme en « V à fond plat » et atteignent une profondeur de 1,60 m sous le niveau de sol actuel.
Les deux enclos comprennent de nombreux trous de poteau (traces en négatif laissées dans le sol par des poteaux utilisés dans des constructions), dont certains signalent sans doute des greniers ou des bâtiments à ossature en bois. Plusieurs fosses arborent des traces de combustion et pourraient correspondre à des fours de sauniers gaulois : une activité de production de sel rendue plausible par la proximité immédiate de la mer.
Dans l'enclos quadrangulaire, une construction rectangulaire dotée d'un parement en pierre sèche creusé sur plus d'un mètre évoque un puits gallo-romain.
Les divers prélèvements réalisés seront confiés à des spécialistes qui étudieront par exemple les pollens ou effectueront des datations par radiocarbone.
La suite des recherches, sur le terrain et en laboratoire, devrait ainsi permettre de mieux connaître l'histoire de ce territoire de la façade atlantique. L'une des problématiques scientifiques est de comprendre l'articulation entre les deux enclos et d'établir la présence ou non d'un hiatus c'est-à-dire d'une phase d'inutilisation entre les deux périodes d'occupation humaine.

Un projet d'aménagement au calendrier serré

Les recherches archéologiques s'inscrivent dans le calendrier du projet d'aménagement réalisé par la filiale aménagement du Groupe Giboire, en partenariat avec la ville de Saint-Michel-Chef-Chef. Ce projet prévoit 47 terrains à bâtir et un programme de résidence seniors sous forme de petites maisons individuelles (réalisation par le bailleur social groupe Espace Domicile), sur une surface de 3 ha ½, située en plein coeur de la ville à proximité de tous les services. Les archéologues étaient déjà intervenus une première fois pour un diagnostic en mars 2013. L'opération de fouille s'achèvera au plus tard en décembre, dans le respect des délais prévus. Les travaux de lotissement démarreront en janvier 2014, pour une livraison des terrains dès le printemps-été 2014.
Il s'agit d'un retour sur le littoral de Loire-Atlantique pour le Groupe Giboire, qui a réalisé, en 30 ans, plus de 130 opérations en Bretagne et Pays-de-la-Loire.
Aménageur : Groupe Giboire - filiale Aménagemen
Contrôle scientifique : Drac Pays-de-la-Loire
Recherche archéologique : Inrap
Adjoint scientifique et technique : Pierre Chevet, Inrap
Responsable scientifique : Éric Mare, Inrap
Contact(s) :

Sandrine Lalain
Chargée du développement culturel et de la communication
Inrap, direction interrégionale Grand Ouest
02 23 36 00 64 / 06 45 99 16 03
sandrine.lalain [at] inrap.fr

Nadège Trari
Responsable communication
Groupe Giboire
02 23 42 40 40 / 06 61 60 45 80
n.trari [at] giboire.com