Dans le cadre du projet de contournement de Chabanais, Charente, (12 km de linéaire correspondant à une surface de 120 ha), 355 tranchées ont été réalisées.

Chronique de site
Dernière modification
10 mai 2016

Le tracé traverse le bassin hydrographique de la Vienne dans un secteur situé au nord de l'agglomération antique de Cassinomagus. Les connaissances sur l'histoire de l'occupation par les documents archéologiques sont peu nombreuses sur ce transect.

Au-delà des informations géologiques et géomorphologiques conformes aux descriptions générales de la zone, deux types de données sont à retenir.
Dans la thématique des interactions Homme/milieu/climat, le vallon encaissé de l'Étang sur la commune d'Étagnac a permis d'observer une séquence sédimentaire développée et composée au moins de six cycles pouvant témoigner d'une histoire hydrologique complexe.
Pour les aspects liés à l'occupation humaine, les structures, correspondent majoritairement à des fossés linéaires. Elles sont principalement isolées.

Six « concentrations » de vestiges ont été identifiées regroupant le tiers des faits observés. D'ouest en est, sur le sommet de l'interfluve délimité par les vallées de la Graine et de la Vienne (au lieu-dit Les Fourches sur la commune de Chabanais), une zone de vestiges protohistoriques (âge du Bronze ?) dont l'interprétation est délicate et des vestiges immobiliers (fondations de bâtiments de période historique probablement). Puis, sur la rive droite de la vallée de la Vienne (commune d'Étagnac), il y a d'ouest en est :

  • à Puylauvaud, la limite méridionale d'une zone d'occupation médiévale composée principalement de petites fosses et de trous de poteaux délimités au sud par un fossé de faibles dimensions ;
  • à Écossas, un ensemble fossoyé (protohistorique ?) dont l'interprétation est délicate à réaliser ;
  • Chez Sernaud, un chemin délimité par deux fossés est recouvert par 1 m de colluvions. Il pourrait appartenir à la trame antique viaire conduisant au « Gué du Pilas » sur la Vienne ;
  • à La Charbonnière, la limite méridionale d'un enclos (établissement rural ?) de la Tène C1-D2 a été clairement identifiée. Un des fossés contenait un dépôt de céramiques et d'amphores.

En remarque, des éléments liés à l'exploitation de l'antimoine au XIXe s. ont été repérés à l'extrémité orientale du projet.
En conclusion, les résultats issus des vestiges identifiés et du potentiel d'étude paléoenvironnementale du fond du vallon du ruisseau de l'Étang ont apporté des informations sur différents thèmes régionaux liés principalement à l'histoire de l'occupation aux périodes laténienne et historique en relation avec la genèse du sanctuaire de Cassinomagus pour Chassenon et l'intégration à la cité des Lemovices (cf. étude céramologique), ainsi qu'à l'étude des régimes hydrologiques dans le secteur (milieu et climat) dans une optique paléoenvironnementale (cf. thermalisme et hydrogéographie).