Conférences
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
14 septembre 2016
Colloque
Archéologie de la santé – anthropologie du soin

Colloque international organisé par l’Inrap, en partenariat avec le Musée national de l’homme.
Les  30 novembre et  1er décembre 2016 à l'Auditorium Jean Rouch - Musée de l’Homme

Matériel médical de l'US Army provenant de l'ancien hôpital militaire américain (1917-1919) à Saint-Parize-le-Châtel. © Denis Gliksman, Inrap

Archéologie de la santé – anthropologie du soin
par Thierry Wirth, évolutionniste et biologiste de formation

Inscription

L'accès au colloque est libre, sur réservation, dans la limite des places disponibles.

Dispersion et démographie de Mycobacterium tuberculosis dans un contexte de globalisation

L’accès de plus en plus aisé à des milliers de génomes d’agents pathogènes a dramatiquement amélioré notre compréhension de leurs dynamique et émergence. En combinant des approches bayésiennes et la théorie de la coalescence, nous allons illustrer l’impact de la génomique des populations sur notre compréhension de l’origine, de la diffusion et de la démographie du bacille de Koch. Principale maladie humaine d’origine bactérienne, la tuberculose, essentiellement inféodée à son hôte naturel, Homo sapiens, est responsable de près de 2 millions de décès par an, touche 10 millions de patients et est en dormance dans les poumons de près d’un tiers de la population mondiale. Le tableau tracé présentera la dynamique de Mycobacterium tuberculosis à travers les âges, du Néolithique au présent, en passant par la Révolution industrielle. Nous présenterons également l’impact des stratégies de traitement de courte durée sous observation directe (DOTS) au xxie siècle dans les Pays de l’Est, ainsi que les conséquences sur la santé publique de la chute de l’URSS et la propagation concomitante de souches multirésistantes vers l’Europe de l’Ouest. Dans le même ordre d’idée, l’impact des flux migratoires et de la globalisation sera traité, soulignant de nouveaux enjeux sociétaux. Enfin, la coévolution entre l’hôte et son pathogène se traduit par une sortie commune hors d’Afrique il y a 60 000 ans, des signatures biogéographiques voisines et des vortex de propagation lors des étapes successives de la domestication (Mésopotamie et bassin du Yangtsé). 

Thierry Wirth, évolutionniste et biologiste de formation, a obtenu un doctorat en zoologie à l’université de Bâle (Suisse) et a effectué ses recherches postdoctorales à l’université Laval au Québec, puis à l’Institut Max-Planck des maladies infectieuses à Berlin.

Il a poursuivi ses travaux en Science de l’évolution à l’université de Constance en tant que Maître de conférences. Depuis 2008, il est Directeur d’études à l’École pratique des hautes études et se consacre à la génomique des populations de différents agents pathogènes (Helicobacter pylori, Staphylococcus aureus, Yersinia pestis et Mycobacterium tuberculosis). Ses travaux se situent à l’interface de l’épidémiologie moléculaire et des sciences de l’évolution ; ils visent à mieux comprendre l’origine, la dispersion et la démographie des principaux agents pathogènes humains. Enfin, ses travaux se consacrent également aux pressions de sélection qui favorisent l’émergence de virulence accrue et de résistance aux antibiotiques.

Bibliographie

  • Merker M., Blin C., Mona S., Duforet-Frebourg N., Lecher S., Willery E., Blum M, Rüsch-Gerdes S., Mokrousov I., Aleksic E., Allix-Béguec C., Antierens A., Augustynowicz-Kopeć E., Ballif M., Barletta F., Beck H. P., Barry III C.E., Bonnet M., Borroni E., Campos-Herrero I., Cirillo D., Cox H., Crowe S., Crudu V., Diel R., Drobniewski F., Fauville-Dufaux M., Gagneux S., Ghebremichael S., Hanekom M., Hoffner S., Jiao W.W., Kalon S., Kohl T. A., Kontsevaya I., Lillebæk T., Maeda S., Nikolayevskyy V., Rasmussen M., Rastogi N., Samper S., Sanchez-Padilla E., Savic B., Chola Shamputa I., Shen A., Sng L.-H., Stakenas P., Toit T., Varaine F., Vukovic D., Wahl C., Warren R., Supply P., Niemann S., Wirth T. (2015), « Evolutionary History and Global Spread of the Mycobacterium tuberculosis Beijing Lineage », Nature Genetics, 47, p. 242-249.
  • Roetzer A., Diel R., Kohl T.A., Rückert C., Nübel U., Blom J., Wirth T., Jaenicke S., Schuback S., Rüsch-Gerdes S., Supply P., Kalinowski J., Niemann S. (2013), « Whole Genome Sequencing versus Traditional Genotyping for Investigation of a Mycobacterium tuberculosis outbreak: A Longitudinal Molecular Epidemiological Study », PloS Medicine, 10: e1001387.
  • Comas I., Coscolla M., Luo T., Borrell S., Holt K. E., Kato-Maeda M., Parkhill J., Malla B., Berg S., Thwaites G., Yeboah-Manu D., Bothamley G., Mei J., Wei L., Bentley S., Harris S. R., Niemann S., Diel R., Aseffa A., Gao Q., Young D., Gagneux S. (2013), « Out-of-Africa Migration and Neolithic Coexpansion of Mycobacterium tuberculosis with Modern Humans », Nature Genetics, 45, p. 1176-1182.
  • Wirth T., Hildebrand F., Allix-Béguec C. et al. (2008), « Origin, Spread and Demography of the Mycobacterium tuberculosis Complex », PloS Pathogens, 4: e1000160. 
Année :
2016