Thèse Marylise Onfray

Du sol à la reconstruction de l'espace habité

Soutenance de thèse
Le 05 juillet 2017
en salle A0406 (Bâtiment A, 4 ème étage), Campus de l'Université Paris Nanterre
Mis à jour le
04 juillet 2017

Géoarchéologie des modes d'occupation de la fin du Néolithique (3600-2250 av. n.-è.) dans le Sud-Ouest du Bassin parisien

Considéré comme la matérialité de l'espace, le sol est un élément déterminant en archéologie pour la compréhension de l'habitat. Au regard "de l'absence" des sols néolithiques, les recherches sur l'habitat dans le Nord de la France sont basées sur les structures en creux. Pour la fin du Néolithique, ceci est un problème puisque seuls quelques plans de bâtiments sont connus et les fréquents sites peu stratifiés à concentrations de mobilier sont peu documentés. Dans trois quarts des cas, les attributs du mobilier (à plat, domestique ... ) suggéreraient des sols d'occupation préservés, et donc des habitats potentiels. En questionnant la relation Société-Sol, la démarche géoarchéologique, fondée sur la micromorphologie, vise à déterminer les processus de fondation de ces couches pour interroger le caractère préservé des sols d'occupation ainsi que la nature des activités humaines enregistrées. Ces recherches s'assoient sur l'étude de cinq sites à concentrations de mobilier (Gas, Sours, Poupry, Pussigny et Maillé), découverts en Beauce et en Touraine par l'archéologie préventive. L'élaboration d 'un modèle qualitatif du sol néolithique, exprimé par une classification de micro-ethnofaciès, a permis d'identifier sa nature, de confirmer le statut d'habitat de ces sites et de discuter des modes d'occupation des sols. La pratique des terrassements pour l'implantation des habitats semble généralisée, tout comme l'emploi de la terre crue pour la construction des sols et des bases de murs. Si des variations semblent apparaître dans les espaces intérieurs, les résultats pour les sols extérieurs permettent de proposer un modèle théorique de l'organisation spatiale de l'espace de cour.

Devant un jury composé de :
- Jean-Paul DEMOULE, Pr émérite, Univ. Paris 1, U11R 8215 : Directeur
- Julia WATTEZ, Ingénieure Inrap, UMR 5140 : Tutrice
- David E. FRIESEM, Ass. Pr. , McDonald Institute for Archaeological Research, Cambridge : Rapporteur
- Gregor MARCHAND, DR, CNRS, UMR 6566 : Rapporteur
- Jean-François BERGER, DR, CNRS, U11R 5600 : Examinateur
- François GILIGNY, Pr, Univ. Paris l, UMR 8215 : Examinateur
- Christian VERJUX, Cons., Cullture, UMR 7041 : Examinateur
Ajouter à mon calendrier 07/05/2017 07/06/2017 Europe/Paris Du sol à la reconstruction de l'espace habité MM/DD/YYYY
en salle A0406 (Bâtiment A, 4 ème étage),
Campus de l'Université Paris Nanterre
Contact(s) :

Marylise ONFRAY
Doctorante Paris 1 - ED 112 Archéologie
UMR 8215-Trajectoires. De la sédentarité à l'état / UFR DMOS-Agroparistech
Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès
21, allée de l’Université
92023, Nanterre Cedex
onfray.marylise [at] live.fr