A Brem-sur-Mer, Vendée, quatre sondages de quelques m² chacun ont été pratiqués dans la nef et le choeur de l'église. Trois d'entre eux ont été réalisés jusqu'au substrat de granit.

Chronique de site
Dernière modification
19 février 2016

La répartition topographique des sondages montre que les constructeurs de l'église du XIe siècle, édifiée au sommet d'une butte naturelle, ont profité de la pente pour implanter le choeur au point le plus haut. Cette disposition témoigne de la rationalité des constructeurs. La plateforme du sanctuaire est établie avec la mise en place des remblais de construction qui supportent un aménagement, vraisemblablement un banc adossé au mur du choeur dont seuls subsistent quelques traces de mortier.
 

Au pied de cette construction, prennent place une série de sépultures réparties dans le temps. Elles sont obturées - après la Révolution ? - par des sols en terre battue sur lesquels prennent appui des marches menant à la plateforme orientale du choeur.

Dans la nef, la puissance stratigraphique est plus faible. Les niveaux liés à la construction sont visibles à l'entrée. Un sol en terre battue les recouvre. Ce dernier précède un dallage en opus incertum, limité au pied du choeur par un dallage régulier de dalles calcaires et de schiste. Plusieurs bandes de carreaux en terre cuite relient ces deux dallages. Ces revêtements semblent être antérieurs ou contemporains au XVIIe siècle, période à laquelle, suite aux destructions engendrées par les Guerres de religion, l'église a été rétrécie. Ce dallage est resté visible jusqu'à la fin du XIXe siècle. Il a ensuite été recouvert par un sol en béton.