Visite de presse mercredi 12 mars 2014 à 10 h.

Chronique de site
Dernière modification
07 avril 2016

L'intervention archéologique, réalisée actuellement par l'Inrap, a été prescrite par l'État (direction des Affaires culturelles, service de l'Archéologie). Elle est menée en amont des travaux de réhabilitation de l'ancien hôpital Jean-Martial, dans le cadre de l'aménagement de la « Maison des cultures et des mémoires de la Guyane » sous la maîtrise d'ouvrage du département de la Guyane, en partenariat avec la région et l'État.

Un hôpital au pied du Mont Cépérou

Le premier hôpital de la ville de Cayenne est érigé vers 1717 au pied du Mont Cépérou. En 1789, un projet de nouvel hôpital est réalisé sur plan, en relation avec l'extension de la nouvelle ville vers les savanes environnantes. Il sera concrétisé par la construction de plusieurs bâtiments en bois dont la présence est mentionnée sur le plan dressé en 1819 par le capitaine du Génie Ronmy. Une chapelle est aménagée et la communauté des Soeurs de Saint-Paul de Chartres est chargée des soins aux malades. En 1850, l'hôpital général devient civil et militaire avec le transfert du camp Saint-Denis dans ses murs. Il faudra cependant attendre 1873 pour que le site prenne sa forme actuelle après de nombreux aménagements successifs. En 1946, l'édifice sera renommé en hommage au médecin lieutenant-colonel Jean-Eugène Martial né à Cayenne. La plupart des bâtiments seront désaffectés en 1991 après le départ des services de santé vers le nouveau centre hospitalier André-Rosemond.
L'hôpital est inscrit à l'Inventaire des Monuments historiques (arrêté du 9 décembre 1992). Le lieu est également intégré aux sites inscrits comprenant le Fort Cépérou, la place Léopold-Héder et celle des Palmistes (loi du 2 mai 1930).

Une intervention archéologique en plusieurs tranches

Deux phases d'intervention ont été programmées avec pour objectif principal de reconnaitre les différentes étapes de construction de l'hôpital. La première phase, réalisée en 2013, avait permis de retrouver un des puits de l'hôpital, construit vers 1826.
La seconde phase d'intervention, actuellement en cours, a mis au jour les vestiges d'anciens bâtiments aujourd'hui disparus, notamment le bâtiment principal érigé entre 1791 et 1826 et détruit vers 1879, l'ancien chemin dallé marquant l'entrée de l'hôpital ainsi que les bâtiments abritant la tisanerie et le magasin de la pharmacie détruits avant 1864.
Par la suite, ces découvertes inattendues seront éventuellement intégrées au projet architectural de la « Maison des Cultures et des Mémoires de la Guyane » sans entraîner leur destruction.

La présentation des premières découvertes

L'Inrap et le département de la Guyane organisent un point presse sur le chantier archéologique pour présenter ses premières découvertes mercredi 12 mars 2014, à 10 h.
De même, l'Inrap en partenariat avec le musée départemental Alexandre-Franconie, met en place une journée portes ouvertes pour le grand public, samedi 15 mars 2014, entre 9 h et 18 h, avec des visites à 9 h, 10 h, 11 h, 16 h et 17 h.
Sur réservation au 05 94 29 59 17 / 05 94 29 59 13 ou musee [at] cg973.fr
Accès : portail rouge du chantier, situé au bout de la rue Guisan (sise à droite de l'ancien hôpital Jean-Martial).
Aménagement : Département de la Guyane
Contrôle scientifique : Service de l'Archéologie de la Dac Guyane
Recherche archéologique : Inrap
Responsable scientifique : Sandrine Delpech, Inrap
Contact(s) :

Sandrine Delpech
Responsable scientifique Inrap
06 94 42 51 82

Joëlle Sawané
Chargée de développement culturel et de la communication
Inrap, Direction interrégionale Grand Sud-Ouest
06 07 90 66 26 - joelle.sawane [at] inrap.fr%20" target="_self">joelle.sawane [at] inrap.fr

David Carita
Responsable du musée départemental Alexandre-Franconie
05 94 29 59 14
05 94 29 59 13 - david.carita [at] cg973.fr%20" target="_self">david.carita [at] cg973.fr
www.musee.cg973.fr