Sur prescription de l'État (Drac Poitou-Charentes), les archéologues de l'Inrap fouillent jusqu'au 8 juin 2012, rue de la Laiterie à Usseau. Cette fouille intervient en amont du projet de construction d'un logement individuel, et complète une précédente opération réalisée en 2001 au Fief-Dampierre.

Chronique de site
Dernière modification
21 novembre 2016

Situées à la périphérie orientale du bourg, l'ensemble de ces interventions ont révélé une vaste nécropole mérovingienne (VIe et VIIIe siècles de notre ère).
Samedi 2 et dimanche 3 juin 2012, de 10 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 17 h 30, les archéologues feront visiter le site.

Une nécropole organisée

L'intervention actuelle révèle plus de 150 sépultures en fosses et neuf sarcophages, répartis sur 1 500 m². Le mode de remplissage des fosses et l'analyse de la position des squelettes indiquent des inhumations en cercueils ou coffrages de bois.
La répartition spatiale des sépultures met en évidence l'organisation et la maîtrise de l'espace funéraire. En effet, les fosses sont disposées de façon régulière, en rangées, et rarement superposées.
L'étude des techniques de taille montre l'utilisation d'outils de carriers, pics, taillants, broches, afin de réaliser des sarcophages aux formes variées : rectangulaires, trapézoïdaux aux chevets droits, à trois pans ou arrondis. Les cuves peuvent comporter des aménagements intérieurs servant à maintenir ou à supporter la tête du défunt : logettes, oreillettes ou coussins céphaliques.

Les précédentes découvertes faites à Usseau

Lors de la première intervention au Fief-Dampierre en 2001, une voie bordée d'un petit bâtiment daté des Ier-IIe siècles a été découverte. Axe de circulation secondaire, elle est perpendiculaire à la voie principale qui traverse Usseau et reliait Saintes à Angers durant la période antique. En 2010, une autre opération de l'Inrap, au 3 rue de la Laiterie, a permis de mettre au jour les vestiges de nouveaux bâtiments, également de la période antique.
Au Fief-Dampierre, 80 sépultures en sarcophages, 160 en fosses et une dizaine en coffrages de dalles calcaires avaient été relevées. Toutes ces tombes étaient orientées dans le sens est-ouest et contenaient entre un et quatre individus, notamment les sarcophages. L'étude de ces derniers a montré qu'ils étaient taillés dans trois variétés de calcaires locaux, mais certains étaient des remplois de blocs d'architecture antique provenant d'un édifice probablement peu éloigné du site.
Avant ces opérations, les observations archéologiques avaient déjà permis d'établir une première carte de répartition des structures antiques et médiévales en différents endroits du bourg. La densité des découvertes permettent de supposer qu'Usseau (Uxellum) n'était pas qu'un simple relais routier sur l'axe Saintes-Angers, mais bien un vicus, c'est-à-dire une petite agglomération.

Le mobilier

Les quelques objets associés à certaines sépultures - boucles, plaque-boucles de ceinture, passe-courroies pour chausses, bague et perles d'un collier - montrent que les défunts pouvaient être inhumés habillés et parés. D'autres objets - couteaux, monnaies, vases - témoignent de simples dépôts servant à accompagner ou à aider les défunts dans l'au-delà... L'analyse typologique de l'ensemble fournit les jalons chronologiques permettant de dater cette partie de la nécropole mérovingienne entre le VIe et le VIIIe siècle. Après cette période, des carrières d'exploitation du calcaire entaillent le site à l'est et au sud-ouest, détruisant un grand nombre de sépultures et marquant l'abandon définitif de la nécropole.

Journées portes ouvertes

Samedi 2 et dimanche 3 juin 2012, de 10 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 17 h 30, les archéologues feront visiter le site. À cette occasion, le centre culturel Pierre-Henri Mitard sera ouvert. Le public pourra ainsi mieux comprendre les découvertes archéologiques d'Usseau. Les archéologues expliqueront également leur métier et les méthodes de fouilles.

Renseignements pratiques

Accès : rue de la Laiterie à Usseau
Parking : terrain accessible depuis la rue de la Laiterie, entre le lieu de la fouille et la mairie.
Conseil : si le temps est mauvais, se munir de bottes.
 
Contact(s) :

Sophie Lemaire
Chargée de développement culturel et communication
Inrap, direction interrégionale Grand Sud-Ouest
06 85 04 97 95
sophie.lemaire [at] inrap.fr