La découverte de vestiges des périodes précolombienne et coloniale permet d'aborder leurs relations avec le site majeur d'art rupestre, sanctifié dans le Parc.

Dernière modification
03 août 2016

Le Conseil départemental de la Guadeloupe a missionné l’Inrap pour la réalisation d’une fouille archéologique préventive au parc archéologique des Roches Gravées, conformément à la prescription de l’État (direction des Affaires culturelles, service de l’Archéologie de Guadeloupe). Son objectif est d’étudier les vestiges menacés par le projet d’aménagement du Conseil départemental, concernant la rénovation de l’aire d’accueil du Parc archéologique des Roches Gravées et la réalisation d’une plate-forme d’observation pour les PMR. Cette intervention fait suite au diagnostic conduit par l'Inrap en 2008 et aux sondages complémentaires réalisés par le service archéologique en 2015. La découverte de vestiges des périodes précolombienne et coloniale effectuée lors de ces deux interventions donne à cette opération de fouille l'opportunité d'aborder les relations entre ces vestiges et le site majeur d'art rupestre, sanctifié dans le Parc.

Les premiers résultats

Les investigations montrent la présence de structures bâties tant précolombiennes que d’époque coloniale. Il s’agit de constructions sur poteaux qui s’étendent sur le petit plateau à quelques dizaines de mètres des roches gravées. De ces structures, ne subsistent que les excavations ayant permis d’installer les poteaux. Les premiers éléments de mobilier découvert, fragments de céramiques utilitaires, hache en pierre polie, plaident pour l’instant pour une activité plutôt fonctionnelle que rituelle. Cet emplacement non loin du bord de mer, est très favorable à l’occupation humaine puisqu’il se situe à proximité de la source d’eau douce de la Ravine-Sans-Nom.

Le Parc archéologique des Roches Gravées

Le parc archéologique des roches gravées, propriété du Conseil départemental de la Guadeloupe, est l’un des plus beaux sites d’art rupestre de Guadeloupe et des Antilles. Localisé dans une sorte d’amphithéâtre naturel, on peut y découvrir un ensemble de 22 roches présentant plus de 230 figures gravées par les Amérindiens, soit isolées, soit regroupées en « panneaux ». Il est réputé pour ses roches présentant des ensembles complexes où plusieurs figures forment des compositions élaborées, sans doute du premier millénaire de notre ère. On peut aussi y découvrir des polissoirs, qui permettaient la fabrication de haches en pierre polie par les Amérindiens, rappelant que le parc est également un site archéologique.

L’Inrap, en partenariat avec le Conseil départemental de Guadeloupe organise une journée portes ouvertes pour le grand public, le mercredi 18 mai de 9h à 17h.
Accès : Trois-Rivières, Parc archéologique des Roches Gravées.
Contrôle scientifique  Service archéologique de la Dac Guadeloupe
Recherche archéologique  Inrap
Responsable scientifique  Thomas Romon, Inrap