Une équipe de l'Inrap procède actuellement à des recherches archéologiques au Gabut afin d'appréhender l'évolution de l'ancienne enceinte reliant la tour Saint-Nicolas à la porte du même nom et de ses abords.

Chronique de site
Dernière modification
09 décembre 2016

Si la première mention de La Rochelle apparaît dans une charte de l’abbaye Saint-Cyprien de Poitiers (998-1000), la ville ne se développe véritablement qu’à partir du XIIe siècle. La première enceinte de ville, probablement fondée dans les années 1160-70, permet d’asseoir le statut de cette nouvelle cité portuaire qui s’émancipe progressivement des pouvoirs locaux, notamment au début du XIIIe siècle en englobant deux nouveaux quartiers - Saint-Jean du Perrot et Saint-Nicolas.

Contexte historique

Le quartier du Gabut, situé entre le rivage et le quartier Saint-Nicolas, est partiellement intégré à la ville à la fin du XIVe siècle, suite à la construction d’une nouvelle enceinte reliant la tour Saint-Nicolas à la porte du même nom. Ce secteur de la ville se développe ensuite progressivement. Des bâtiments très allongés (corderies, magasins pour l’artillerie) sont en effet représentés sur les plans de la période moderne et perdurent jusqu’au démantèlement de l’enceinte, à la fin du XIXe siècle.

En 1988-89, les travaux d’aménagement du Gabut ont permis de mettre au jour une partie de cette enceinte et du bastion construit dans le courant de la seconde moitié du XVIe siècle. La surveillance archéologique réalisée à cette occasion avait alors permis d’observer le bon état de conservation des vestiges (fondations d’un mur, d’orientation différente de la courtine, nombreux pieux de bois liés à la construction du bastion).

Les premiers résultats

L’intervention des archéologues confirme la très bonne conservation des vestiges.
L’arase de l’enceinte est préservée à près de 1 m sous le sol actuel et affleure (20 cm) sous la place à l’ouest. Le parement externe (sud) paraît largement épierré, au contraire du parement interne mieux conservé et monté à l’aide de pierres de taille en grand appareil (calcaire). Un blocage lié au mortier de chaux complète la  construction. Il se distingue par une réutilisation importante de galets de lest régulièrement déchargés sur la Petite Rive (square Valin). Ceux-ci témoignent d’une très grande diversité de matériaux attestant des provenances diverses, en relation avec le commerce pratiqué par la ville de La Rochelle à la fin du Moyen Âge.

Au sud, un muret bénéficiant d’un mode de construction plus frustre a été dégagé sur l’ensemble de l’emprise. Strictement parallèle à l’enceinte, il est complété par une série de contreforts adoptant un plan trapézoïdal. Fondé à la fin du XVIe siècle, il permettait d’adapter la défense à l’évolution de l’artillerie. Il pouvait être utilisé comme plate-forme et permettait d’absorber les tirs des assaillants.

L’espace entre le parement interne de l’enceinte et le muret est complètement remblayé par d’abondants rejets domestiques (coquillages, faune, mobilier céramique, restes métalliques très corrodés, …) pouvant témoigner du quotidien des Rochelais au cours du XVIe siècle.

Au nord du muret, des partitions internes ont été observées délimitant deux espaces distincts perturbés par une fosse, dont les parois sont tapissées de chaux. Des activités artisanales, liées pour certaines à l’armement des navires, y ont été réalisées. La fouille en cours devrait permettre de préciser la nature et la diversité de ces activités.

Des visites guidées pour le public, mardi 6 décembre 2016

L’Inrap, en partenariat avec la ville de la Rochelle, organise une journée portes ouvertes sur le chantier en cours de fouille, mardi 6 décembre (9 h 30-12 h 30 et 14 h-16 h), sur inscription. Les archéologues feront découvrir au public leur travail ainsi que les premières découvertes réalisées.

Renseignements pratiques et inscriptions
Les visites se font sur inscription en ligne en remplissant ce formulaire ou par téléphone au 05 46 51 11 66 (ville de La Rochelle). 
Horaires : de 9 h 30 à 16 h.
Groupes : Visites par groupes de 15 personnes maximum.
Animation/visite : archéologues de l'Inrap.
Accueil : hall de la tour Saint-Nicolas.
Prévoir de bonnes chaussures.

Aménagement : Ville de La Rochelle
Contrôle scientifique : Service régional de l’Archéologie – Drac Nouvelle-Aquitaine
Recherches archéologiques : Inrap
Responsable scientifique : Emmanuel Barbier


 

Contact(s) :

Coralie Roumagne,
chargée du développement culturel et de la communication
Inrap, direction interrégionale Grand Sud-Ouest
06 85 04 97 95
coralie.roumagne [at] inrap.fr

Partenaire(s)