Conférences
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
04 mars 2016
Colloque
Archéologie de la violence

Colloque international organisé par l’Institut national de recherches archéologiques préventives, et le Musée du Louvre-Lens.
Les 2,3  et 4 octobre 2014 à La Scène du Louvre-Lens

Archéologie de la violence - violence de guerre, violence de masse
par Gilles Prilaux, Inrap, Yves Desfossés Service régional de l'Archéologie Champagne-Ardenne, et Alain Jacques, Service archéologique de la Ville d'Arras

Les interventions archéologiques menées dans le Nord et dans l'Est de la France font souvent ressurgir les cicatrices du sol générées par les combats de la guerre 1914/1918. Ces stigmates, particulièrement nombreux, se comptent par dizaines de milliers : trous d'obus, tranchées, boyaux, abris de fortune, dépotoirs, munitions de tous calibres, mais aussi restes des 700 000 combattants encore fossilisés sur le champ de bataille. Ces témoignages directs de cette boucherie sans nom se révèlent sous des formes variées ; ici les restes d'un corps enseveli et grêlés de shrapnell ; là une jambe arrachée abandonnée dans un trou d'obus, jusqu'à des ensembles plus complexes qui font écho à l'état d'esprit du soldat face à l'horreur des combats.
Yves Desfossés est conservateur régional de l'archéologie en Champagne-Ardenne (direction régionale des Affaires culturelles du ministère de la Culture et de la Communication) depuis mars 2003. Au début des années 1990, alors qu'il réalise les sondages de diagnostic archéologique pour le tronçon Artois du TGV Nord, il est confronté à la découverte de vestiges de la Première Guerre mondiale. En parallèle à la fouille et à l'étude de sites de l'âge du Bronze et de l'âge du Fer, ses périodes de prédilection, il mène depuis lors de multiples interventions dans ce domaine novateur de la recherche archéologique.  

Alain Jacques dirige depuis 1977 le service archéologique d'Arras. Il a mené de nombreuses fouilles dans les secteurs antiques et médiévaux de la ville. La création de zones industrielles dans la Communauté urbaine d'Arras (2000 hectares) a donné lieu à de vastes opérations d'archéologie préventive et permis la mise en évidence des nombreuses traces de la Première Guerre mondiale. Un nouveau champ d'investigation s'est ouvert, et la Grande Guerre a été intégrée comme un thème majeur du programme de recherches sur le chef-lieu du Pas-de-Calais.  

Gilles Prilaux est ingénieur de recherche à l'Inrap. Depuis une vingtaine d'année, il dirige des fouilles préventives dans le nord de la France. Spécialisé dans l'étude de la production du sel à l'époque gauloise, il a publié en 2000 un ouvrage sur ce sujet aux éditions Monique Mergoil, dans la collection « Protohistoire européenne ». Il mène, depuis un peu plus de dix ans, un important travail sur les vestiges de la Première Guerre mondiale, principalement dans les régions de la Somme et de l'Artois.  

Bibliographie
Desfossés Yves, Jacques Alain, Prilaux Gilles, L'archéologie de la Grande Guerre, Éditions Ouest-France, 2008.    

Transition

Année :
2014