Conférences
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
09 août 2016
Colloque
La révolution néolithique dans le monde

Colloque international organisé par la Cité des sciences et de l'industrie et l'Inrap, sous la direction scientifique de Jean-Paul Demoule.
Auditorium de la Cité des sciences et de l'industrie, les 2, 3 et 4 octobre 2008

La révolution néolithique dans le monde. Aux origines de l'emprise humaine sur le vivant
Interactions between Man and Climate during the Neolithic  


 
 
par Jean-François Berger, CNRS

L'abondante documentation sur les paléo environnements holocènes anciens du nord ouest du bassin Méditerranéen (VIIe et VIe millénaires av. J.-C.), obtenue dans le cadre d'opérations d'archéologie, permet de discuter de l'interaction entre les premières communautés néolithiques, le climat et l'environnement, surtout pour le bassin versant du Rhône, la Côte -d'Azur et la Méditerranée centrale. Faut-il comme une majorité d'auteurs anglo-saxons, dans la mouvance de l'Ecological Archaeology, expliquer les réorganisations dans l'espace, les migrations ou les changements culturels par l'effet de ces fluctuations climatiques qui affectent l'Holocène ancien selon des schémas déterministes ? Où bien faut-il prôner une totale indépendance des phénomènes socioculturels et économiques vis-à-vis de ce facteur ? Dans le climat actuel de réchauffement accéléré et de vulnérabilité accrue de nos sociétés, ce vieux débat qui oppose déterministes et possibilistes demeure d'actualité et s'inscrit dans des querelles plus dogmatiques et politiques que scientifiques. Il est sûr qu'une position intermédiaire intégrant, d'une part, le stress climato-environnemental comme facteur de l'évolution des sociétés et, d'autre part, la capacité de résilience interne de ces sociétés face à ces stress apparaît plus concevable. Elle explique les adaptations ou bifurcations techniques, sitologiques et socio-économiques qui ont permis à ces sociétés de survivre.
Jean-François Berger est titulaire d'un doctorat portant sur l'archéologie et l'environnement. Il est responsable de l'équipe B « Archéologie du paysage et système de peuplement » de l'UMR 6130 de l'UNSA et membre du conseil scientifique de l'Inrap. Il enseigne la géoarchéologie et l'archéogéographie dans les universités de Paris I, de Nice-Sophia Antipolis et d'Avignon. Il coordonne, depuis1994, une vingtaine de programmes du CNRS, du ministère de la Recherche, du ministère de la Culture et du programme européen Archaeomedes.
Durée :
35'20''
Année :
2009