Conférences
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
04 mars 2016
Colloque
L’avenir du passé – Modernité de l’archéologie

Colloque international organisé par le Centre Pompidou et l'Institut national de recherches archéologiques préventives en partenariat avec France Culture, les 23 et 24 novembre 2006

par William D. Haglund, Physicians for the Human Rights, Seattle

 
Par définition, une enquête médico-légal e implique la contribution d'experts évoluant dans un contexte légal en vue de la collecte de preuves et de pièces à conviction susceptibles d'être présentées devant un tribunal. L'historique de l'intervention d'archéologues et d'anthropologues dans des enquêtes criminelles est assez récent. Il remonte à l'année 1984, date où, en Argentine, fut entreprise la recherche des personnes disparues. Cela donna lieu à une convergence naturelle entre ces disciplines scientifiques et la médecine légale contemporaine. Il fallut exhumer les squelettes des victimes argentines. De te l les circonstances se rencontrent rarement dans le cadre d'enquêtes de criminologie médico-légal e de routine, mais elles sont la norme dans le contexte international.
La formation du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (1993) et du Tribunal pénal international pour le Rwanda (1994) a modifié radicalement les besoins d'experts en médecine légale au niveau international. En se fondant sur l'expérience acquise en Amérique latine, se sont constituées des équipes internationales d'experts, chargés d'exhumer et d'examiner des restes humains tirés de vastes fosses communes. Cette activité nécessita l' intervention accrue d'archéologues et d'anthropologues dans des enquêtes criminelles. Les contraintes légales auxquelles la science est soumise dans le cadre d'enquêtes criminel-les imposent des conditions et des considérations, qui s'écartent bien souvent du champ traditionnel d'activités de l'archéologue et de l'anthropologue. La déontologie exige le bon conditionnement et la sécurisation des pièces à conviction, et l'éventualité doit être envisagée que les données et les conclusions de l'expertise puissent être examinées sous l'angle légal et contestées devant le tribunal. Le souci majeur reste avant tout la nécessité de préserver le secret de l' instruction, de ne pas dévoiler des informations qui risquent de nuire à l'enquête en cour s. À ces défis, s'ajoutent les problèmes de sécurité, le contexte politique, et les conditions de vie. Souvent, ces contraintes heurtent la sensibilité d'experts qui s'attendent à évoluer dans un cadre normalisé. Ainsi, les re strictions et les circonstances exceptionnelles exigent souvent une grande souplesse dans le choix des stratégies de fouilles, qu'il convient d'adapter à chaque cas.
Les fosses communes renferment parfois des restes humains à divers degrés de décomposition, que les archéologues et les anthropologues traditionnels n'ont pas coutume de traiter. Ces différences, combinées avec le fait que les artefacts comme les effets personnels et les vêtements nous sont contemporains, constituent un fardeau psychologique inhabituel pour des experts accoutumés à travailler dans un environnement qui reflète les réalités hypothétiques d'un passé lointain.
Les enquêtes pénales international es entraînent des contraintes d'ordre humanitaire envers des cultures, des communautés et des familles, pour que justice leur soit rendue mais aussi en vue de l'identification et de la restitution des corps des défunts à ceux qui ont survécu. L'intervenant fera appel à son expérience dans ces domaines pour illustrer les divers para-mètres qui entrent en jeu lors d'une enquête pénale internationale et les contraintes particulières auxquelles sont soumis les archéologues et les anthropologues qui y sont associés. Des exemples concrets seront tirés d'enquêtes menées au Rwanda, en ex-Yougoslavie, en Pologne, au Sierra Leone, en Somalie et dans d'autres pays.
Anthropologue, William Haglund est spécialiste de la taphonomie (étude des phénomènes de décomposition et d'ensevelissement) sur laquelle il a rédigé plusieurs ouvrages. C'est à ce titre qu'il s' e st vu confier par les tribunaux internationaux, avec l'organisation Physicians for Human Rights, des missions d'études médico-légales de charniers au Rwanda, en ex-Yougoslavie, au Guatemala, au Honduras, à Chypre, entre autres pays.
 
Quelques ouvrages :
- Forensic Taphonomy: The Postmortem Fate of Human Remains, CRC Pres s, Floride, 1996 ;
- Advances in Forensic Taphonomy: Method, Theory and Archaeological Perspectives, CRCPress, Floride, 2001 ;
- Human Remains : Recognition, Documentation, Recovery, and Preservation, CRCPress, Floride, à paraître en mars 2008.
Année :
2009