Revues
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
13 juin 2017
Collection
Débats d'Archéopages

Chaque numéro de la revue Archéopages est l'occasion d'une rencontre entre archéologues et chercheurs d’autres disciplines pour élargir les points de vue scientifiques et politiques de la connaissance du passé.

Françoise Vergès, Danielle Bégot
Inrap
 Archéopages 25 : débat

Longtemps présentée comme une société « comme les autres », la société ségrégationniste de l’époque coloniale manque encore, en France, d’étude qui en définisse la spécificité et les conditions d’existence. La violence qui soutient ce type de société semble se prolonger dans la tension ou le malaise des chercheurs actuels. Comment parler avec un ton juste et scientifique d’une société basée sur l’utilisation d’humains traités comme des biens meubles ?

Débat extrait de la revue Archéopages Numéro 25 - Ségrégations.

Danielle Bégot est Professeur à l’Université des Antilles et de la Guyane. Ses recherches portent sur le patrimoine dans les Antilles françaises, plus spécifiquement sur le patrimoine bâti (architecture créole, « habitations » monuments historiques), sur l’identité dans les mondes créoles antillais et sur l’iconographie antillaise, du XVIIe au XXe siècle. Parmi ses dernières publications : « Les Antilles et le Guide des colonies françaises de 1931 » in La Caraïbe et son histoire : ses contacts avec le monde extérieur, L. Abénon et N. Fejic (dir.), Ibis rouge, Fort-de-France, 2001, p. 145-163 ; avec L. Abénon, M. Bégot, M. Burac, A. Calmont, Th. Hartog, Relire l’histoire et la géographie de l’espace caribéen, Hachette, Paris, 2001 ; avec L. Abénon et J.-P. Sainton, Construire l’histoire antillaise, Éditions du CTHS, Paris, 2002 ; « La peinture historique aux Antilles françaises » in Façonner le passé, J. L Bonniol et M. Crivello (dir.), Presses de l’université de Provence, 2004, p. 241–262 ; La Plantation coloniale esclavagiste, XVIIe-XIXe siècles, 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques Nancy-2002, CTHS, Paris, 2008, 345 p.

Françoise Vergès est Professeur de sciences politiques à l’université de Londres, directrice culturelle de la Maison des Civilisations et de l’Unité réunionnaise (CMUR) et présidente du comité pour la mémoire de l’esclavage. Parmi ses dernières publications : Abolir l’esclavage : une utopie coloniale. Les Ambiguïtés d’une politique humanitaire, Albin Michel, Paris, 2001 ; La mémoire enchaînée, questions sur l’esclavage, Albin-Michel, Paris, 2006.

Année :
2009
Contact :

Catherine Chauveau
Direction du développement culturel et de la communication, Inrap
Rédactrice en chef Archéopages
Tél. 01 40 08 81 44
catherine.chauveau [at] inrap.fr