A Gevrey-Chambertin, Côte-d'Or, diagnostic archéologique de 35 ha réalisé en 923 tranchées de sondages totalisant 9 % de terrain ouvert.

Chronique de site
Dernière modification
10 mai 2016

Réalisée sur un projet d'implantation d'une zone économique, cette opération a permis d'identifier deux occupations protohistoriques du Bronze final IIIb/Hallstatt ancien et des vestiges antiques du Haut-Empire à l'Antiquité tardive.

Réparties sur 26 600 m2, les structures attribuables à l'occupation protohistorique correspondent à de l'habitat sur poteaux dont l'implantation semble dictée par la topographie et par la nature des sols. En effet, on observe que les trous de poteau s'inscrivent sur une large plage régulière d'alluvions graveleuses, alors que les fosses et les silos semblent cantonnés dans une zone basse et humide. Ces vestiges présentent un intérêt non négligeable en regard des rares traces d'habitats de cette période signalées en Bourgogne et plus particulièrement dans la vallée de la Saône.

Outre des vestiges de plantations et des témoignages de la gestion de la circulation de l'eau, l'occupation antique est matérialisée par un premier édifice daté des ier et iie s. de n. è., sans doute en partie récupéré lors de la construction d'un autre bâtiment plus conséquent au ive-début du ve s. Le plan de ce bâtiment renvoie aux dépendances de villae, en particulier celle identifiée par cliché aérien à 250 m du site. Une activité métallurgique peut être proposée par les déchets de scories de fer, alors que le mobilier est abondant et de qualité, notamment les objets métalliques. Cette occupation prend un intérêt tout particulier quand on sait le nombre peu vraisemblable d'édifices traversant les crises du iiie s. signalés dans la littérature archéologique. Elle constitue une occasion d'étudier cette période encore mal connue de l'Antiquité tardive.