Les vestiges de l'Antiquité à Faverolles-sur-Cher, Loir-et-Cher.

Chronique de site
Dernière modification
18 mai 2016

Le décapage a eu lieu sur une superficie de 15 300 m2.Le site se trouve sur le plateau dominant la rive gauche du Cher, au sud du village de Faverolles-sur-Cher. La fouille a révélé une occupation antique qui débute par l'exploitation d'une carrière de calcaire dès la première moitié du Ier siècle avant notre ère, et se poursuit jusqu'à l'édification d'une villa au IIIe siècle. Quelques structures carolingiennes ont été observées sans que leurs fonctions ne puissent être déterminées. À proximité de cet ensemble, une chapelle ruinée a fait l'objet de relevés en plans et photogrammétriques succincts.

Une carrière de calcaire et un four à chaux

Environ un cinquième de l'emprise est occupé par une carrière au creusement très irrégulier. Elle a été partiellement comblée par deux grands types de remblais. Les couches les plus anciennes sont de nature hétérogène. Elles correspondent au dépôt de couches cendreuses ou charbonneuses, à des strates de chaux, et à l'étalement de blocs de pierre chauffée ou non. La roche extraite de la carrière était au moins partiellement transformée sur place puisqu'un four à chaux a été découvert.

La construction d'une villa aux environs du IIIe siècle

La fouille a permis de mettre en évidence trois bâtiments antiques distincts. Ils sont répartis de façon homogène sur les deux tiers est de l'emprise. Leurs dimensions et leurs plans sont très différents, ce qui peut indiquer des vocations distinctes.
Les vestiges de la villa, qui se résument à des fondations de murs, semblaient dans un premier temps très mal conservés. Or, l'étude du site, tend plutôt à suggérer que la construction de ces bâtiments n'a jamais été achevée.

L'ensemble du mobilier gallo-romain peut être considéré comme chronologiquement homogène et traduit une occupation du IIe siècle aux deux premiers tiers du IIIe siècle de notre ère. La datation de cette villa éveille particulièrement la curiosité puisqu'elle serait contemporaine des grandes transformations apparues en Gaule romaine dès la fin du Haut-Empire.

Les vestiges médiévaux

Les vestiges médiévaux sont concentrés essentiellement dans la partie nord du site. Ils sont constitués de quatre fossés, de quatre dépressions, d'une mare et d'un chemin avec ornières. Cette voie de communication restreinte mène à la chapelle de Senelles qui a été succinctement étudiée. La chapelle est aujourd'hui un bâtiment quadrangulaire sans couverture, l'angle nord-ouest étant détruit. Elle mesure 12 m de long sur 6,50 m de large. Des caves sont creusées sous cet édifice. La deuxième phase que nous avons pu mettre en évidence concerne le réaménagement de la chapelle. Celle-ci perd alors son caractère religieux et n'existe plus que sous la forme d'un bâtiment agricole.