Conférences
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
10 août 2016
Colloque
La fabrique de l'archéologie en France

Un colloque à l'Auditorium de la galerie Colbert de l'INHA (Institut National d'Histoire de l'Art) à Paris, les jeudi 14 et vendredi 15 février 2008

La fabrique de l'archéologie en France par Nicole Pot, Inrap

 
Votée par le Parlement dans le cadre de la loi sur l'archéologie préventive de janvier 2001, la création de l'Inrap a été effective en février 2002. Pour autant, la seule transformation juridique de l'Association pour les fouilles archéologiques nationales n'épuisait pas le sujet. Si l'Inrap héritait d'une expérience sans équivalent en matière de diagnostic et de fouille, acquise par ses équipes au cours des décennies 1980 et 1990, l'institut était créé sans moyens nouveaux, mais avec de nouvelles missions de recherche et de diffusion culturelle. Dès sa naissance, il a été confronté à une grave crise financière, politique et sociale qui trouvera son terme dans les modifications successives de la loi en 2003 et 2004. Il a pu, depuis, entreprendre la construction des structures d'un institut de recherche et se doter d'outils d'organisation à la mesure de l'activité d'un établissement public qui regroupe près de 1 700 archéologues. Avec un minimum de recul, il est intéressant de revenir sur les obstacles rencontrés - hétérogénéité de pratiques héritées d'une organisation très éclatée, complexité de la transformation d'une structure associative en établissement public, résistances d'une partie de la communauté scientifique devant l'émergence d'un nouvel acteur, incompréhension de certains élus et aménageurs confrontés à de nouvelles contraintes... - et de mesurer, dans un paysage législatif et institutionnel relativement clarifié, les progrès accomplis notamment à travers la mise en oeuvre d'une politique scientifique et d'une polique culturelle, et d'initiatives internationales nouvelles.
 
Agrégée de Lettres et diplômée de l'École nationale d'administration (promotion Denis Diderot), Nicole Pot est depuis 2003 directrice générale de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Après avoir enseigné pendant une dizaine d'années, elle a rejoint, à sa sortie de l'ENA, le ministère de l'Agriculture. Puis successivement la direction des musées de France et à la Caisse nationale des monuments historiques et des sites (1994-2000). Enfin, elle a assuré la direction générale de la Cité des sciences et de l'industrie de 2000 à 2003. Elle est notamment l'auteur d'un rapport au ministre de la Culture et de la Communication, en mai 2003, sur le rôle du ministère dans la démocratisation de l'accès à la culture.
Année :
2008