Cette fouille fait suite au diagnostic réalisé du 9 mars au 17 avril 2009, sous la direction de Thierry Marcy (Inrap). Le tracé du canal recoupe à cet endroit les territoires communaux de Bourlon, Sains-lès-Marquion, Graincourt-lès-Havrincourt, Havrincourt et Moeuvres.

Chronique de site
Dernière modification
10 mai 2016

Au lieu-dit « La Dièvre », sur le territoire communal de Sains-lès-Marquion, la fouille a permis d'observer les marges ouest d'une ferme gauloise dont les premiers témoignages remontent au IVe siècle avant notre ère, mais dont l'essentiel de l'occupation couvre la fin de la période gauloise, c'est-à-dire vers la fin du Ier siècle avant notre ère.

Une exploitation agricole nervienne très arasée

Les vestiges s'organisent autour d'un enclos au parcours sinueux qui abritait les activités domestiques propres aux travaux de la ferme. C'est ainsi que l'ensilage des céréales et des autres ressources végétales se déroulait plus particulièrement dans la moitié nord de l'enclos. Le procédé destiné à garantir ces conservations est classique et porte sur l'usage de silos enterrés ou de greniers surélevés à 4 ou 6 poteaux.

Une demi-douzaine de sépultures à incinération se trouvent très dispersées dans l'aire enclose. Elles ont été enfouies indifféremment à l'intérieur ou à l'extérieur, sans marqueur particulier. L'érosion de ces tombes est importante et limite par conséquent les possibilités d'analyse. La nature du sédiment a rendu très difficile la lecture des contours des fosses sépulcrales. Les ossements incinérés ont été déposés généralement à même le sol de la tombe, dans un contenant périssable.

Quelques vases en terre cuite et un grain de collier en ambre complètent les dotations funéraires.

Thierry Marcy et Gilles Prilaux (Inrap)