Conférences
4
Score : 4 (1 vote)
Mis à jour le
10 août 2016
Colloque
La fabrique de l'archéologie en France

Un colloque à l'Auditorium de la galerie Colbert de l'INHA (Institut National d'Histoire de l'Art) à Paris, les jeudi 14 et vendredi 15 février 2008

La fabrique de l'archéologie en France par Jean-Pierre Reboul, université de Paris I

 
Quels étaient les attendus des lois Carcopino des 27 septembre 1941 et 21 janvier 1942, à l'origine de l'organisation administrative de l'archéologie française encore en vigueur, pour partie, aujourd'hui. Ces lois ont fait l'objet d'analyses très contradictoires dans l'historiographie française. Certains auteurs y voient des lois proprement vichystes (comme Laurent Olivier dans un article intitulé « L'archéologie française et le régime de Vichy » paru dans Les Nouvelles de l'archéologie, n° 67, 1997), d'autres des lois de circonstances (comme E. Gran-Aymerich, en 1998, dans l'ouvrage Naissance de l'archéologie moderne, 1798-1945. Paris, Éditions du CNRS), motivées, comme l'indiqua Carcopino lui-même lors de son procès à la Libération, par le souci de se prémunir contre les fouilles de l'occupant. On reviendra donc sur les origines de ces lois, sur les justifications avancées par Jérôme Carcopino luimême (Souvenirs de sept ans, 1937- 1944. Paris, Flammarion, 1953), sur leur lien à la Révolution nationale, à la lumière de quelques parallèles avec d'autres aspects de la politique culturelle du régime de Vichy.
 
Jean-Pierre Reboul est agrégé d'histoire, ancien élève de l'École normale supérieure, et doctorant à l'université de Paris I, sous la direction de Françoise Dumasy, en archéologie de la Gaule romaine. Il est également rattaché à l'UMR 7041, Arscan (Archéologie des sciences de l'Antiquité).
 
Article de l'auteur paru sur le sujet : « Les lois Carcopino et l'archéologie sous Vichy », Les Nouvelles de l'archéologie, n° 106, février 2007.
Année :
2008