A Messy, Seine-et-Marne, le site de Messy, au lieu-dit La Mare au Roi, se trouve en Seine-et-Marne, entre les villages actuels de Messy et Charny, juste en bordure sud de la route départementale D139.
 

Chronique de site
Dernière modification
19 février 2016

La fouille a permis de mettre au jour une partie d'un habitat rural gallo-romain. La surface ouverte a livré du matériel homogène et datable du IVe siècle, mais la limite de l'emprise n'a pas permis d'appréhender l'ensemble du site, ce qui aurait peut-être mis en évidence une occupation antérieure. 

Le site a connu au moins deux phases d'occupation. La première concerne la mise en place d'un habitat qui se présente sous la forme de trois bâtiments, dont un a été reconnu comme un silo bâti sur quatre poteaux, associés à un four à usage domestique, de foyers dont la fonction est peut-être liée à la métallurgie, d'une mare, de quelques fosses et de fossés qui divisent l'espace intérieur. À l'est du site, un réseau de fossés a été mis en évidence. Ainsi, il semble que sur ce site on ait pratiqué l'agriculture mais également une activité de forge dont la nature et l'importance restent incertaines.

Dans une seconde phase, probablement très proche dans le temps, on décide d'aménager d'autres fossés pour évacuer l'eau : on double le fossé qui a la plus forte pente, on creuse d'autres fossés à l'intérieur de la zone d'occupation, d'une part pour évacuer l'eau plus rapidement mais aussi pour peut-être, à nouveau, diviser l'espace intérieur. Cette seconde phase a entraîné la fin de l'utilisation du four.

L'analyse archéozoologique a mis en évidence l'utilisation d'un cheptel pour les travaux agricoles avant leur réforme.

La présence de foyers situés à l'extérieur de la zone d'occupation proprement dite, soulève quelques interrogations. En effet, ils se trouvent tous dans la partie considérée comme "les champs" à cause du réseau de fossés. Dès lors, faut-il comprendre une contemporanéité entre l'activité de ces foyers et les zones cultivées ou faut-il y voir une succession d'une activité sur l'autre ?

Enfin, l'étude du mobilier a démontré une occupation concentrée uniquement sur le IVe siècle, mais il est probable que la partie non fouillée du site aurait révélé une occupation antérieure, signifiant par la même que nous n'ayons pas affaire uniquement à un site de création ex nihilo.

Dans ce secteur également, une surface de 9 952 m² a été décapée à partir des sondages positifs : une fosse ayant livré du mobilier céramique protohistorique avait en effet été observée lors des sondages de diagnostic. Le décapage a permis de reconnaître deux zones d'occupations protohistoriques distinctes, associées à une céramique du 1er âge du Fer.