A Plouër-sur-Rance, Côtes-d'Armor, la fouille de sauvetage urgent a été réalisée sur une surface de 400 m2 environ.

Chronique de site
Dernière modification
19 février 2016

La fouille a permis d'étudier un petit établissement gallo-romain découvert lors des travaux d'aménagement de la RD 766. Le site est implanté sur une légère pente en contrebas d'un vallon, au contact d'une zone particulièrement humide.

Cet édifice, dans son extension maximale, s'inscrit dans un rectangle de 19 x 11 m. Le plan général montre clairement une bipartition du bâtiment en deux espaces distincts. L'aile sud est constituée de quatre petites pièces excavées, sans doute construites en terrasse. Certaines ont été identifiées comme étant des bassins. La partie septentrionale est matérialisée par des pièces plus vastes vouées à des usages non définis. Un caniveau périphérique a également été reconnu. Sa véritable fonction est encore incertaine compte tenu de l'état de conservation du site. Il est possible que celui-ci ait joué en même temps le rôle d'adduction et d'évacuation durant le fonctionnement des bassins. Malgré les nombreux remaniements, la fouille a permis de saisir assez précisément l'évolution architecturale du bâtiment, de sa construction à son abandon définitif. Par contre, l'absence de mobilier datant ne nous permet pas de caler chronologiquement cette occupation durant la période gallo-romaine. Au terme de cette opération archéologique, l'établissement de La Mézeray apporte son lot d'interrogations.

Des travaux complémentaires, incluant une recherche bibliographique et une étude plus approfondie de son architecture et de son environnement, sont indispensables si l'on veut définir la véritable identité de cette occupation antique. L'hypothèse d'un bâtiment artisanal lié au travail des étoffes est plausible. Il s'agirait alors d'un cas pratiquement unique en milieu rural concernant un domaine de recherches où de nombreuses zones d'ombres persistent.