Conférences
5
Score : 5 (1 vote)
Mis à jour le
09 août 2016
Colloque
La révolution néolithique dans le monde

Colloque international organisé par la Cité des sciences et de l'industrie et l'Inrap, sous la direction scientifique de Jean-Paul Demoule.
Auditorium de la Cité des sciences et de l'industrie, les 2, 3 et 4 octobre 2008

Origins and Consequences of Agriculture in America
 
par Karen E. Stothert, University of Texas, El Paso


English version
 
Les Amérindiens ont développé une agriculture indépendante des influences de l'Ancien monde, inventant un système avec des variables régionales qui s'étend sur 70° de latitude. Les archéologues et les paléo-ethnobotanistes ont mis en évidence que les chasseurs-cueilleurs du Pléistocène tardif ont abondamment utilisé des ressources végétales et, pour certains, introduit des cultures végétales dans leur stratégie de subsistance dès le début de l'Holocène. Plusieurs populations ont cultivé une grande variété de graines, légumes, racines, tubercules, fruits, cactées, extraits de plantes, épices et fabriqué de la nourriture déshydratée, des boissons fermentées, de la gomme à mâcher, des plantes médicinales, des psychotropes et du coton. La séquence archéologique de la côte de l'Equateur met en exergue les origines et les implications de la culture sous les Tropiques, et est une bonne illustration des nouvelles techniques utilisées en Amérique. Les chercheurs étudient la domestication de nombreuses espèces de plantes en utilisant des modèles tirés de l'écologie évolutive pour comprendre le développement de la production agricole qui a permis la sédentarisation et l'émergence d'une certaine complexité sociale.
Karen E. Stothert, diplômée d'un doctorat en anthropologie de l'université de Yale, a enseigné l'anthropologie, l'archéologie, l'ethnographie à New York et au Texas, tout en poursuivant des recherches archéologiques et ethnographiques au Pérou et en Equateur. Ses terrains de recherche portent sur la culture précéramique de la côté équatorienne, le développement de la culture sous les Tropiques (avec Dolores Pieperno), les cérémonies funéraires, l'art et la religion précolombienne en Equateur. Elle a reçu plusieurs subventions pour enseigner et mener des recherches en Amérique du Sud. Elle a cessé d'enseigner et conduit des recherches au centre de recherches archéologiques de l'université du Texas à San Antonio. Elle fait également des recherches pour les musées de la banque centrale d'Equateur et étudie la culture aborigène équatoriale en participant à des projets de musée et d'éducation patrimoniale.
Année :
2009