Le gisement archéologique de la La Pierre Aiguë à Alluyes se situe entre Chartres et Châteaudun, sur les basses et moyennes terrasses du Loir.

Chronique de site
Dernière modification
18 mai 2016

Dans les années 1980, les prospections aériennes effectuées dans ce secteur ont permis de détecter une vaste nécropole, ainsi qu'un ensemble d'enclos quadrangulaires à usage domestique ou agricole. Entre 1984 et 1989, une partie de la nécropole a été fouillée dans le cadre d'interventions programmées (sous la direction de Hervé Barbé et d'Alain Lelong), puis l'exploitation des alluvions du Loir a conduit à la réalisation de fouilles préventives (Afan puis Inrap), qui s'achèvent entre 2007 et 2009, par la parcelle de La Pierre Aiguë. À cette occasion, la vaste nécropole implantée entre le Bronze ancien et La Tène a été fouillée.

Diversité des constructions

Les nombreux monuments découverts sur le site ont permis de proposer une typologie des constructions funéraires en fonction de leur variabilité morphologique. Les enclos fossoyés peuvent être circulaires, octogonaux ou quadrangulaires. De plus, l'observation des monuments révèle la présence d'un tumulus interne, fait de terre et/ou de pierres, qui peut également être associé à un talus externe. Dans les cas les mieux conservés, les enclos fossoyés sont généralement composés d'un tumulus au centre duquel est installée une crémation. D'autres types de structures, en association avec la nécropole ont été identifiés. Il s'agit essentiellement d'alignements de trous de poteau ainsi que d'un ensemble complexe constitué d'un enclos circulaire fossoyé, à tumulus et crémation centrale, entouré de poteaux desquelles partent trois alignements parallèles, de vingt-cinq autres poteaux.

Pratiques particulières

L'étude approfondie du site met en évidence, notamment pour l'âge du Bronze, des pratiques particulières et spécifiques dans la région. Les crémations rencontrées sont en effet des dépôts cendreux (avec charbons et ossements rares à absents et sans mobilier d'accompagnement) qui témoignent de pratiques spécifiques et difficiles à cerner. Leur particularité vient également de leur dépôt directement en terre ou dans un possible contenant périssable dans une région où les exemples de crémations sont en urnes pour l'âge du Bronze (Fort Harrouard à Sorel-Moussel, Georges, Hamon 2004). Ces originalités des pratiques funéraires se retrouvent en partie sur des gisements d'autres régions françaises localisées dans l'Yonne, l'Aisne voir l'Auvergne (Georges, Hamon 2004). Une étude anthropologique croisée à des analyses physico-chimiques sur ces dépôts vise à déterminer si certaines structures douteuses correspondent ou non à des dépôts de crémations. Elles permettent également d'apporter des éléments de réponse sur les pratiques funéraires. La faible proportion d'ossements a-t-elle un lien avec un tri ou une réduction en poussière des éléments placés dans la tombe ?
 
Les rares données matérielles (céramique et métallique), la typologie des monuments et les relations stratigraphiques permettront de proposer une chronologie relative de la nécropole afin de mieux comprendre l'évolution des pratiques au cours du temps. De plus, l'intérêt de cette nécropole réside également dans la proximité d'une part, d'une vaste agglomération ouverte (20 ha environ), datée de La Tène moyenne et finale, et d'autre part, d'un secteur cultuel. Les relations spatiales et chronologiques entre habitats et nécropoles constitueront de manière diachronique la synthèse du travail.

Comparaisons extrarégionales

Ce gisement se distingue également par la présence de structures peu connues dans les nécropoles de la même période en France. En effet, des alignements de trous de poteaux sur plusieurs dizaines de mètres ne trouvent d'exemples de comparaisons qu'au-delà de nos frontières. Les sites funéraires ou de telles structures sont observées se localisent dans la région allant de la frontière danoise à la frontière sud des Pays-Bas et au Nord de l'Allemagne. Ils sont datés du Bronze moyen au début de l'âge du Fer (Fokkens, Jansen, Van Wijk, 2006).

Bibliographie

FOKKENS H., JANSEN R., VAN WIJK I., 2006. - Het grafveld oss-zevenbergen, Anatomie van een prehistorisch grafveld, Leiden, Archol B.V.
GEORGES (P.), HAMON (T.) 2004 - La nécropole de l'âge du Bronze des Pâtures à Saumeray (Eure-et-Loir) : mise en évidence de gestes funéraires originaux. Revue Archéologique du Centre de la France, tome 43, p. 5-20.