A la hauteur du village d'Ocquerre (Seine-et-Marne), en rive gauche de l'Ourcq, les vestiges d'un habitat daté d'environ 4800 ans av. J.-C. étaient conservés sur un promontoire dominant la vallée.

Chronique de site
Dernière modification
19 février 2016

À partir de l'organisation et de l'orientation des fosses, nous pouvons supposer l'existence d'au moins deux habitations. Dans la région, en effet, les plans des maisons sont bien connus pour cette période.

Suivant les traditions très marquées de ces populations, ce sont de grands bâtiments rectangulaires construits sur poteaux de bois, bordés sur les longs côtés par des fosses creusées dans les limons. Ces fosses servaient de dépotoirs aux habitants. C'est donc à partir des vestiges de la vie quotidienne retrouvés dans leur comblement (poteries brisées, outils en grès et en silex, fragments de bracelets en pierre, peson de métier à tisser...) que nous pouvons reconstituer le mode de vie et les principales activités qui se sont déroulées sur ce site. La découverte de grains de céréales carbonisés associés à des meules en grès nous renseigne à la fois sur les activités agricoles et sur le traitement des céréales à des fins alimentaires. Le broyage des grains de blé sur ces meules dans un mouvement manuel de va-et-vient permettait ainsi d'obtenir des farines consommées essentiellement sous la forme de bouillies. 

L'existence, à proximité, de gisements d'un silex d'excellente qualité et très prisé au Néolithique ancien a permis aux tailleurs hautement spécialisés de produire des grandes lames (15 à 20 cm) diffusées sur de très longues distances. Le caractère exceptionnel du site réside dans cette production massive de lames jamais observée ailleurs et dépassant très largement les besoins des habitants d'Ocquerre.

La découverte sur ce site de bracelets en schiste tacheté provenant du Massif armoricain illustre l'existence de ces vastes réseaux de circulation d'objets à fortes connotations culturelles.