Un paysage façonné par les paysans gaulois à Athée-sur-Cher, Indre-et-Loire

Chronique de site
Dernière modification
18 mai 2016

La fouille a été réalisée sur une superficie de 7 800 m2. La fouille de huit sites sur la commune d'Athée-sur-Cher, à l'occasion du projet autoroutier A85, a permis d'appréhender une évolution paysagère de ce territoire, à partir notamment des traces laissées par les parcellaires successifs. Les études préalables aux fouilles archéologiques puis celles-ci ont confirmé la richesse du potentiel historique de cette commune.


Un habitat gaulois

Le site se caractérise par un établissement rural du IIe-début du Ier s. de notre ère. Cet habitat est constitué par un ou deux enclos fossoyés, enserrant des maisons dont ne subsiste aucun vestige. La fouille de ce site, et celles de deux sites distants de quelques centaines de mètres, a établi une concentration des structures protohistoriques selon un axe est-ouest et a montré l'étendue de ce type d'implantation. L'étude de ces secteurs indique la présence de deux cellules d'habitats contemporaines dont l'activité est essentiellement tournée vers l'agriculture.

L'évolution du parcellaire

La preuve n'est pas apportée que le parcellaire antique a laissé son empreinte sur le parcellaire actuel. En revanche, la comparaison entre le cadastre napoléonien, les structures modernes et contemporaines de la fouille et le dernier cadastre en date, indique une évolution lente et peu marquée du terroir dans ce secteur. On notera toutefois, que la taille toujours croissante des parcelles labourables au cours de ces dernières décenies tend à faire disparaître un bon nombre de traces du parcellaire ancien (haies, fossés, chemins).