A Liéhon, Moselle, décapage de 3 ha de la pars urbana d'une grande villa gallo-romaine couvrant environ 1,5 ha.

Dernière modification
10 mai 2016

Plus de 80 pièces ont été mises au jour, organisées autour d'une cour centrale de plan carré (40 x 40 m) et d'une cour transversale rectangulaire longue de 110 m.

Un important secteur thermal a pu être étudié (salle d'étuve ronde, piscines, hypocaustes). La partie centrale du site, la moins érodée, a montré des sols bétonnés et des murs conservés sur 0,30 à 0,70 m de hauteur. Un bâtiment d'entrée abritait une mosaïque de 36 m2 à décors géométriques blancs sur fond noir de pelta, fleurettes et étoiles, insérés dans un schéma de losanges imbriqués. Des peintures murales ont pu être prélevées au bas des murs de trois pièces ; elles sont bien conservées sur environ 6 m2 (décors géométriques colorés, colonnades, végétaux stylisés, scène de gladiateurs ?). L'extension maximale de la villa doit être effective entre 80 et 120. D'importantes modifications du bâti ont été effectuées au cours des IIIe et IVe s. avec une importante occupation des lieux à l'époque constantinienne. Les niveaux inférieurs, en partie fouillés, ont révélé des vestiges d'habitat de l'époque Tibère-Claude, déjà très étendus, ainsi que des traces d'enclos, d'un porche et d'une bâtisse à sablières basses et à poteaux, vraisemblablement de la fin de la période augustéenne. Les niveaux supérieurs ont montré quelques vestiges d'occupation du VIIe-IXe s. et surtout une soixantaine de tombes, de la fin du haut Moyen Âge probablement, ainsi que deux fours à chaux médiévaux et les traces d'une récupération intensive de matériaux de la ruine antique.