Conférences
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
04 mars 2016
Colloque
La guerre et ses traces

L’Inrap aux « Rendez-vous de l'Histoire de Blois » du 10 au 13 octobre 2013.
L'Inrap consacre une après-midi de conférences à « la guerre et ses traces », le jeudi 10 octobre, de 14h à 18h, à l'auditorium de l’École nationale d’ingénieurs du Val de Loire - Petit amphi, ENIVL, Rue de la Chocolaterie, à Blois.

La guerre et ses traces
par Gertrud Kuhnle, Inrap

La réussite de l'Empire romain est fondée sur une organisation sociétale et militaire bien structurée dans laquelle la légion romaine joue un rôle prépondérant. Après la conquête des territoires et la stabilisation des limites de l'Empire, chacune des légions devient au cours du Ier siècle ap. J.-C. une institution centrale dans l'administration des provinces romaines. Vers 200 ap. J.-C., les légions disposaient au total de trente-trois camps fixes à travers l'Empire. L'un de ces camps a été construit par la VIIIe légion Auguste, vers la fin du Ier siècle ap. J.-C., qui l'occupe jusque vers la fin de l'époque romaine. De ce fait, cette légion et son camp ont fortement marqué l'histoire et la topographie de Strasbourg tout en laissant, aux archéologues, des traces lisibles de leur présence.
Gertrud Kuhnle est née à Augsburg en Bavière mais a poursuivi des études en histoire de l'art, puis en archéologie à Strasbourg. Recrutée par l'Inrap en 1991, elle a tout d'abord travaillé sur le chantier lié au premier tram à Strasbourg. Dès 1993, responsable d'opération, elle a dirigé les fouilles de la rue Hannong dans la partie civile (canabae legionis) du camp romain. Ses fouilles au « Grenier d'Abondance » près de l'opéra (1999-2000) ont permis de mettre au jour le rempart en terre et en bois du camp romain et celles au « 4 rue Brûlée » (2008) une partie des baraquements de légionnaires. En dehors de Strasbourg, elle a mené plusieurs dizaines de chantiers archéologiques dont une opération sur 3 ha à Dambach-la-Ville (2004), où un centre de production de céramique commune romaine a été découvert. Spécialiste des fouilles urbaines, elle prépare actuellement une publication scientifique sur le camp d'Argentorate.
 
Bibliographie
  • Kuhnle G., Baudoux J., Waton M.-D., avec une contribution de DolataJ. - La mutation et le rôle du camp légionnaire de Strasbourg dans l'Antiquité tardive. In : Kasprzik M., Kuhnle G. (dir.), L'Antiquité tardive dans l'Est de la Gaule, 1. La vallée du Rhin supérieur et les provinces gauloises limitrophes : actualité de la recherche. Actes du colloque de Strasbourg, 20-21 novembre 2008. 30ème Supplément de la Revue Archéologique de l'Est, Dijon, 2011, p. 83-108.
  • Kuhnle G. - Straßburg in spätrömischer und frühmittelalterlicher Zeit, In : Veröffentlichung zu den Tagungsergebnissen der "Arbeitsgemeinschaft Spätantike und frühes Mittelalter" (AG SFM) in Mannheim 2008, 2011, p. 53-55.
  • Schnitzler B. et Kuhnle G. (dir.). - Strasbourg-Argentorate. Un camp légionnaire sur le Rhin (Ier au IVe siècle après J.-C.), Fouilles récentes n° 8, Musées de la Ville de Strasbourg, Strasbourg, 15 octobre 2010 - 31 décembre 2011, Catalogue d'exposition, Musées de la Ville de Strasbourg, 2010, 152 pages.
Année :
2013