A Saint-Martin-de-Fontenay, Calvados, la première tranche du projet de lotissement a donné lieu à un diagnostic archéologique sur une surface de 9 ha. À cette occasion, les vestiges de trois occupations pré- et protohistoriques ont été mis en évidence. Situées en bordure de plateau, sur la rive droite de la vallée de l'Orne, les parcelles se trouvent au début d'une proéminence formée par deux thalwegs fossiles tributaires de l'Orne.

Chronique de site
Dernière modification
10 mai 2016

Cette exposition en promontoire a été exploitée pour l'installation d'une enceinte remontant au Néolithique moyen et pour l'implantation d'un habitat ouvert de la fin du IIIe millénaire. Au sud-est de ces ensembles, un petit groupe de greniers de l'âge du Fer a été établi. Une occupation tardiglaciaire pourrait se profiler à travers un mobilier lithique sporadique. L'enceinte néolithique est matérialisée par un fossé palissadé à multiples interruptions décrivant un tracé curviligne. Elle est doublée sur sa face est par un fossé ouvert par intermittence, parallèle et distant de 2 m de la première structure.

Cet aménagement secondaire est établi sur une longueur d'environ 75 m. La surface interne de l'enceinte est estimée à plus de 2 ha sur la zone d'étude. L'enceinte se poursuit à l'ouest et au sud-ouest en direction des deux thalwegs et semble se refermer sur la rupture de pente de l'éperon formant une barre et délimitant une surface de près de 5 ha. On peut également supposer une enceinte formant un espace clos de plan ovale. Le mobilier provient uniquement du fossé ouvert et comporte une quantité relativement importante de céramiques et d'ossements de faune ainsi que du lithique, dans une moindre mesure. Les formes céramiques appartiennent à un seul type de profil : bas fermé à panse globuleuse et en S (bols).

Des éléments de préhension et/ou de suspension sont présents sous forme d'anses en ruban à large perforation arrondie et tronconique. Cet ensemble se rattache à la fin du Néolithique moyen I ou au Néolithique moyen II. L'habitat de la fin du IIIe millénaire a été reconnu à partir de deux vastes nébuleuses de trous de poteau et de petites fosses, établies de part et d'autre de la partie septentrionale de l'enceinte néolithique. Sa surface est estimée à plus d'1 ha. Dans le nuage de trous de poteau, à l'est, se dessine une habitation quadrangulaire délimitée partiellement par des tranchées de fondation avec des calages de poteaux. La construction s'oriente est-sud-est/ouest-nord-ouest. Supposant une certaine symétrie, la surface du bâtiment est estimée à environ 8 m de long sur 6 m de large, soit 48 m2. Dans le trou de poteau marquant l'angle nord-est a été déposé le crâne d'un ovi-capriné, sans doute un acte rituel. Le mobilier céramique, peu abondant, montre un élément orné d'une ligne d'impression réalisée à l'ongle, décor fréquent sur des céramiques campaniformes. L'occupation de l'âge du Fer se profile à travers un petit ensemble de trous de poteau, dans lequel s'identifient quatre petites constructions à plan carré, interprétées habituellement comme étant des greniers servant au stockage des récoltes céréalières.

À défaut de caractéristiques morphologiques des céramiques recueillies, les indices chronologiques sont apportés par les types de pâtes qui se distinguent nettement des productions des phases antérieures et se rapprochent de celles de l'âge du Fer dans la plaine de Caen.